Irak : arrivée en France de 150 réfugiés chrétiens

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Dés cet été, les conditions météo étaient pointées du doigt. Le BEA devrait apporter de nouvelles précisions. L.Delahousse: Alors que la France a lancé ses 1res frappes sur les djihadistes de Daesh, en Irak. L.Fabius a accueilli ce matin près de 150 réfugiés à l'aéroport de Roissy. Parmi eux, de nombreux chrétiens d'Orient. Ils sont aujourd'hui 10 000 à avoir déposé une demande de visa au consulat de France à Erbil. Ce sont leurs tout premiers pas sur le sol français. Ils sont chrétiens et viennent du nord de l'Irak. Leurs yeux sont rougis. Ces familles ont tout perdu. Quand les terroristes sont arrivés, ils ont pris toutes nos maisons, tous nos biens. Devant les combats, ces personnes ont dû fuir Mossoul. On a eu très peur pour nos familles et nos enfants. On a dû partir très rapidement. Comme ces 150 autres réfugiés, ils viennent en France demander l'asile. L.Fabius: Ce sont des gens qui ont des liens avec la France. Dans le haIl de l'aéroport, les proches du couple les attendent. J'ai hâte de les accueillir, de les recevoir, de les prendre dans mes bras. C'est la joie des retrouvailles. Ce sont des larmes de joie. Ca, c'est mon neveu. C'est mon frère.

Dés cet été, les conditions météo étaient pointées du doigt. Le BEA devrait apporter de nouvelles précisions.

L.Delahousse: Alors que la France a lancé ses 1res frappes sur les djihadistes de Daesh, en Irak. L.Fabius a accueilli ce matin près de 150 réfugiés à l'aéroport de Roissy. Parmi eux, de nombreux chrétiens d'Orient. Ils sont aujourd'hui 10 000 à avoir déposé une demande de visa au consulat de France à Erbil.

Ce sont leurs tout premiers pas sur le sol français. Ils sont chrétiens et viennent du nord de l'Irak. Leurs yeux sont rougis. Ces familles ont tout perdu.

Quand les terroristes sont arrivés, ils ont pris toutes nos maisons, tous nos biens.

Devant les combats, ces personnes ont dû fuir Mossoul.

On a eu très peur pour nos familles et nos enfants. On a dû partir très rapidement.

Comme ces 150 autres réfugiés, ils viennent en France demander l'asile.

L.Fabius: Ce sont des gens qui ont des liens avec la France.

Dans le haIl de l'aéroport, les proches du couple les attendent.

J'ai hâte de les accueillir, de les recevoir, de les prendre dans mes bras.

C'est la joie des retrouvailles.

Ce sont des larmes de joie. Ca, c'est mon neveu. C'est mon frère.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne