Invité : Max Boublil, humoriste

Une grande première dans ce milieu professionnel. Barack Obama a téléphone au joueur pour le féliciter de son courage. Après avoir percé la toile en devenant un des humoristes les plus prisés du net, il crève l'écran dans une comédie pleine d'humour et d'amour. Voici l'invite des Cinq Dernières Minutes. Cet invite, c'est Max Boublil, comique, humoriste, scénariste et même acteur dans "Les gamins", une histoire d'amour revisitée à votre sauce. Ca parle de quoi. Max Boublil : C'est un beau-père et son gendre qui font les 400 coups ensemble. L'histoire est qu'on s'entende trop bien. Nathanaël de Rincquesen : Un beau-père qui n'est pas tout à fait. Max Boublil :je vais pour me marier avec sa fille. Il me dit de ne pas me marier avec sa fille. Qu'est-ce qui vous a inspiré ? Du vécu ? Des fantasmes ? Des envies ? Des répliques. Max Boublil : On s'est demandé avec le réalisateur si les problématiques a 30 étaient de s'engager. On s'est rendu compte que les hommes restent des garçons. Extrait des gamins. Nathanaël de Rincquesen : Plusieurs guests font des apparitions. Max Boublil : Le jeu avec sa copine, c'est chercher des sosies. Il ne peut pas s'empêcher de saouler le sosie de Patrick Bruel. Nathanaël de Rincquesen : Il y a François Hollande, lggy Pop. Max Boublil : Oui, mais le vrai F. Hollande n'a pas accepté de venir. On va rester encore un peu mystérieux, pas tout dévoiler. Vous portez parfois un regard cru sur les femmes et leur rôle dans le couple. Elle prend cher, Sandrine Kiberlain. Qu'en pense votre femme. Max Boublil : C'est plutôt les hommes qui sont considérés comme des enfants. quand même des répliques sévères au sujet des femmes. Il y a des répliques, en effet, sur les couples, mais pas sur les femmes. Nathanaël de Rincquesen : Sur scène, vous allez loin avec les femmes. Tout le monde se souvient de votre fameuse chanson "Ce soir tu vas prendre" ! Vous avez des limites ? Il y a des sketchs censurés ? J'essaie de me faire rire moi, avant de faire rire les autres. Ça me donne envie de continuer. Nathanaël de Rincquesen : Vous allez bientôt à l'Olympia. C'est l'aboutissement. Max Boublil : C'est une scène mythique, j'en reviens pas d'y aller. Heureusement qu'on a inventé le mot "merci". Vous ne savez pas le nombre de services que ça nous rend. Vous savez comment les grands singes disent merci ? Ils s'accouplent ! Ce serait galère aujourd'hui. Quel excellent dîner, il ne reste plus qu'à remercier ta femme ! C'est ta grand-mère qui a fait à manger? Tu la remercieras pour moi. C'est la question con que tu poses la nuit, chez toi, quand tu as peur. Tu demandes en tremblant "Y a quelqu'un ?" On espère quoi ? Que le cambrioleur va répondre ? "Non, non". Ah, je suis rassuré. Bonne nuit monsieur. Nathanaël de Rincquesen : La scène après la toile, c'est risqué alors que votre public est plutôt jeune. Max Boublil : Là, je suis en tournée en France. On s'est rendu compte que c'est drôle de voir le public de facebook arriver sur scène. C'est le même public. Mais des parents viennent avec les jeunes. Les parents, emmenés pour leurs enfants, sont plus satisfaits. Le spectacle parle du couple, de la peur de vieillir. Vous allez bientôt avoir 34 ans et vous avez déjà une bio bien remplie. C'est quoi votre prochain challenge. Max Boublil : Que les gens continuent à venir, que les films marchent. Tout peut s'arrêter très vite. Merci à vous Max Boublil.

Une grande première dans ce milieu professionnel. Barack Obama a téléphone au joueur pour le féliciter de son courage.

Après avoir percé la toile en devenant un des humoristes les plus prisés du net, il crève l'écran dans une comédie pleine d'humour et d'amour. Voici l'invite des Cinq Dernières Minutes. Cet invite, c'est Max Boublil, comique, humoriste, scénariste et même acteur dans "Les gamins", une histoire d'amour revisitée à votre sauce. Ca parle de quoi.

Max Boublil : C'est un beau-père et son gendre qui font les 400 coups ensemble. L'histoire est qu'on s'entende trop bien.

Nathanaël de Rincquesen : Un beau-père qui n'est pas tout à fait.

Max Boublil :je vais pour me marier avec sa fille. Il me dit de ne pas me marier avec sa fille. Qu'est-ce qui vous a inspiré ? Du vécu ? Des fantasmes ? Des envies ? Des répliques.

Max Boublil : On s'est demandé avec le réalisateur si les problématiques a 30 étaient de s'engager. On s'est rendu compte que les hommes restent des garçons. Extrait des gamins.

Nathanaël de Rincquesen : Plusieurs guests font des apparitions.

Max Boublil : Le jeu avec sa copine, c'est chercher des sosies. Il ne peut pas s'empêcher de saouler le sosie de Patrick Bruel.

Nathanaël de Rincquesen : Il y a François Hollande, lggy Pop.

Max Boublil : Oui, mais le vrai F. Hollande n'a pas accepté de venir. On va rester encore un peu mystérieux, pas tout dévoiler. Vous portez parfois un regard cru sur les femmes et leur rôle dans le couple. Elle prend cher, Sandrine Kiberlain. Qu'en pense votre femme.

Max Boublil : C'est plutôt les hommes qui sont considérés comme des enfants. quand même des répliques sévères au sujet des femmes. Il y a des répliques, en effet, sur les couples, mais pas sur les femmes.

Nathanaël de Rincquesen : Sur scène, vous allez loin avec les femmes. Tout le monde se souvient de votre fameuse chanson "Ce soir tu vas prendre" ! Vous avez des limites ? Il y a des sketchs censurés ? J'essaie de me faire rire moi, avant de faire rire les autres. Ça me donne envie de continuer.

Nathanaël de Rincquesen : Vous allez bientôt à l'Olympia. C'est l'aboutissement.

Max Boublil : C'est une scène mythique, j'en reviens pas d'y aller.

Heureusement qu'on a inventé le mot "merci". Vous ne savez pas le nombre de services que ça nous rend. Vous savez comment les grands singes disent merci ? Ils s'accouplent ! Ce serait galère aujourd'hui. Quel excellent dîner, il ne reste plus qu'à remercier ta femme ! C'est ta grand-mère qui a fait à manger? Tu la remercieras pour moi. C'est la question con que tu poses la nuit, chez toi, quand tu as peur. Tu demandes en tremblant "Y a quelqu'un ?" On espère quoi ? Que le cambrioleur va répondre ? "Non, non". Ah, je suis rassuré. Bonne nuit monsieur.

Nathanaël de Rincquesen : La scène après la toile, c'est risqué alors que votre public est plutôt jeune.

Max Boublil : Là, je suis en tournée en France. On s'est rendu compte que c'est drôle de voir le public de facebook arriver sur scène. C'est le même public. Mais des parents viennent avec les jeunes. Les parents, emmenés pour leurs enfants, sont plus satisfaits. Le spectacle parle du couple, de la peur de vieillir. Vous allez bientôt avoir 34 ans et vous avez déjà une bio bien remplie. C'est quoi votre prochain challenge.

Max Boublil : Que les gens continuent à venir, que les films marchent. Tout peut s'arrêter très vite. Merci à vous Max Boublil.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne