Invité : Gérard Jugnot

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

On va retrouver un comédien français populaire qui nous a beaucoup fait rire mais pas seulement. Il a su trouver cet équilibre : acteur et réalisateur. Père Noël, Bronzé, Monsieur Batignolles, Tandem, Les choristes. Et le théâtre aussi avec "Cher Trésor" aujourd'hui. Tout cela, c'est l'univers de Gérard Jugnot. Gérard Jugnot : Une ou deux fois, un triomphe comme ça. "Dans la rue, il m'arrive que les gens me disent merci pour tout. Ca m'émeut sincèrement. Cela fait 40 ans que j'emmerde les gens, j'en récolte les fruits. Gérard Jugnot : Le temps qui passe fait que ça m'émeut encore plus. Je sens que les gens n'applaudisent pas que pour la pièce. J'ai fait pas mal de choses, j'ai eu des échecs aussi. Laurent Delahousse : Combien de temps a-t-il fallu. Les Français ont-ils mis du temps à vous découvrir, à savoir qui vous étiez vraiment. Gérard Jugnot : Il faut qu'on s'habitue faire les choses bien. Ça repose sur un travail assez long. Les gens ont vu que je faisais ça avec sérieux et constance. Gérard Jugnot et sa moustache. Plusieurs étapes, avec, sans, puis la barbe et la maturité. Il y a eu la moustache, puis plus de moustache. Bascule dans "Tandem" avec Rochefort, puis cette barbe plus rassurante. Gérard Jugnot :je m'en suis servi, pour jouer des personnages plus âgés. J'étais étonne de me voir avec cette moustache idiote. je me cachais derrière. On a dit que j'étais plus drôle avec la moustache. J'ai fait les râleurs, puis les "Choristes". Gérard Jugnot : Oui, je suis très fier. Ce sont de jeunes acteurs que j'ai aides. Laurent Delahousse : Il y a des acteurs que vous admirez en France. Gérard Jugnot : Il y a beaucoup d'acteurs magnifiques. Même Depardieu, c'est quand même un immense acteur. Un succès, ça s‘arrose. Dans "Cher Trésor", Gérard Jugnot est le nouveau François Pignon de Francis Weber. La pièce fait un carton et sera reprise à la rentrée. Je n‘intéresse personne, s'il vous plaît contrôlez moi. Je n'intéresse personne. C'est un acteur mythique. Il est magnifique, il a une bonne bouille, avec "Les bronzes", tout ça, on est un peu gaga. Un lien de 40 ans avec le public. Gérard Jugnot a pris son envol avec ses copains du Splendid. Des gamins turbulents devenus célèbres. Gérard avait cette idée de faire du théâtre depuis longtemps. "Le Père Noël est une ordure" : provocant et culte. L'incroyable aventure des "Bronzés" tirée de cette pièce de 1977, "Amour, coquillages et crustacés". J‘irai bien avec vous mais il faut que je retrouve ma valise. Deux films dont le succès perdure encore aujourd'hui, puis un 3e presque 30 ans après avec les mêmes. Gérard Jugnot fait une carrière solo au cinéma à vous donner le tournis. Avec ou sans vous, cette usine, c'est une affaire qui marche. Il joue dans plus d'une centaine de films comme acteur d'abord. Des rôles remarques comme "Tandem" avec Jean Rochefort en 1987, il rase même sa moustache. Il est professeur de chant dans "Les choristes" en 2004, un succès. La réalisation l'a vite démangé, son film préféré, c'est "Monsieur Batignole". Gérard Jugnot, un artiste populaire au sens noble du terme. Ce qu'il aime, c'est mettre en scène Monsieur tout le monde qui devient Monsieur quelqu'un.

On va retrouver un comédien français populaire qui nous a beaucoup fait rire mais pas seulement. Il a su trouver cet équilibre : acteur et réalisateur. Père Noël, Bronzé, Monsieur Batignolles, Tandem, Les choristes. Et le théâtre aussi avec "Cher Trésor" aujourd'hui. Tout cela, c'est l'univers de Gérard Jugnot.

Gérard Jugnot : Une ou deux fois, un triomphe comme ça. "Dans la rue, il m'arrive que les gens me disent merci pour tout. Ca m'émeut sincèrement. Cela fait 40 ans que j'emmerde les gens, j'en récolte les fruits.

Gérard Jugnot : Le temps qui passe fait que ça m'émeut encore plus. Je sens que les gens n'applaudisent pas que pour la pièce. J'ai fait pas mal de choses, j'ai eu des échecs aussi.

Laurent Delahousse : Combien de temps a-t-il fallu.

Les Français ont-ils mis du temps à vous découvrir, à savoir qui vous étiez vraiment.

Gérard Jugnot : Il faut qu'on s'habitue faire les choses bien. Ça repose sur un travail assez long. Les gens ont vu que je faisais ça avec sérieux et constance. Gérard Jugnot et sa moustache. Plusieurs étapes, avec, sans, puis la barbe et la maturité. Il y a eu la moustache, puis plus de moustache. Bascule dans "Tandem" avec Rochefort, puis cette barbe plus rassurante.

Gérard Jugnot :je m'en suis servi, pour jouer des personnages plus âgés. J'étais étonne de me voir avec cette moustache idiote. je me cachais derrière. On a dit que j'étais plus drôle avec la moustache. J'ai fait les râleurs, puis les "Choristes".

Gérard Jugnot : Oui, je suis très fier. Ce sont de jeunes acteurs que j'ai aides.

Laurent Delahousse : Il y a des acteurs que vous admirez en France.

Gérard Jugnot : Il y a beaucoup d'acteurs magnifiques. Même Depardieu, c'est quand même un immense acteur.

Un succès, ça s‘arrose. Dans "Cher Trésor", Gérard Jugnot est le nouveau François Pignon de Francis Weber. La pièce fait un carton et sera reprise à la rentrée.

Je n‘intéresse personne, s'il vous plaît contrôlez moi.

Je n'intéresse personne.

C'est un acteur mythique.

Il est magnifique, il a une bonne bouille, avec "Les bronzes", tout ça, on est un peu gaga.

Un lien de 40 ans avec le public. Gérard Jugnot a pris son envol avec ses copains du Splendid. Des gamins turbulents devenus célèbres.

Gérard avait cette idée de faire du théâtre depuis longtemps.

"Le Père Noël est une ordure" : provocant et culte.

L'incroyable aventure des "Bronzés" tirée de cette pièce de 1977, "Amour, coquillages et crustacés".

J‘irai bien avec vous mais il faut que je retrouve ma valise.

Deux films dont le succès perdure encore aujourd'hui, puis un 3e presque 30 ans après avec les mêmes. Gérard Jugnot fait une carrière solo au cinéma à vous donner le tournis.

Avec ou sans vous, cette usine, c'est une affaire qui marche.

Il joue dans plus d'une centaine de films comme acteur d'abord. Des rôles remarques comme "Tandem" avec Jean Rochefort en 1987, il rase même sa moustache. Il est professeur de chant dans "Les choristes" en 2004, un succès. La réalisation l'a vite démangé, son film préféré, c'est "Monsieur Batignole". Gérard Jugnot, un artiste populaire au sens noble du terme. Ce qu'il aime, c'est mettre en scène Monsieur tout le monde qui devient Monsieur quelqu'un.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne