VIDEO. "Rentrer le produit dans l'inconscient" des enfants : comment les marques investissent les chaînes YouTube regardées par les petits

Les marques scrutent le comportement des enfants, surtout les plus jeunes, devant les vidéos des chaînes en ligne qui leur sont dédiées. En vue d'améliorer la prescription d'achat… Un extrait d'"Envoyé spécial".

Sur YouTube, des milliers de vidéos dont les stars sont des enfants exposent des jouets, gadgets, vêtements, aliments… en citant les marques. Un marché prometteur pour ces dernières, qui trouvent en ces enfants-testeurs des prescripteurs rêvés pour le jeune public. Celui-ci est-il en mesure de comprendre qu'il s'agit d'un placement de produit ? "Envoyé spécial" se penchait le 31 mai 2018 sur ce nouveau marché au cadre juridique flou, pour ne pas dire inexistant.

Cibler les enfants qui regardent YouTube en séduisant les influenceurs : c'est un eldorado qui s'ouvre pour les marques. Pour mettre celles-ci en relation avec les YouTubeurs, des agences spécialisées se sont créées. Au Salon du e-marketing, à Paris, où s'est rendue la journaliste Magali Serre, le discours est décomplexé. 

Pourquoi les tout-petits rapporteraient plus

Pour certains professionnels du marketing, le fait que l'enfant identifie ou non la publicité n'est "pas le plus important. [Le plus important], c'est qu'il ait vu le produit, vu la marque. La marque, le produit est 'rentré' dans son inconscient, dans sa tête, pour que, un jour, peut-être demain, peut-être après-demain, peut-être dans six mois, le produit soit acheté".

Le comportement des plus petits, les 3-6 ans, est étudié à la loupe. En particulier leur capacité à passer (ou skipper) le spot de pub en ouverture de leur vidéo. "Les enfants très jeunes vont regarder ces vidéos sur un portable, sur des tablettes. Les boutons pour skipper la vidéo [de pub] sont minuscules. Moins on skippe la vidéo, et plus ça génère de revenus." Les tout-petits rapporteraient donc plus que les adultes…

Extrait de "Enfants sous influence", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 31 mai 2018.