Réchauffement climatique : les vidéos climatosceptiques favorisées par YouTube ?

franceinfo

Certaines personnes disent que le réchauffement climatique n'est pas causé par l'être humain ou qu'il n'a pas lieu. Ce genre de thèses circulent sur YouTube.

L'ONG Avaaz a passé en revue les 100 premières vidéos suggérées dans la rubrique "à suivre" avec plusieurs mots-clefs, dont "global warming" (réchauffement climatique en français). Selon ce rapport, 16% des contenus trouvés remettaient en question le changement climatique et totalisaient jusqu'à 21,1 millions de vues. L'algorithme de YouTube favorise les vidéos les plus visionnées et les contenus sensationnalistes, complotistes ou de désinformation fonctionnent très bien et rapportent de l'argent aussi grâce aux spots publicitaires diffusés juste avant les vidéos.

Des contenus financés par Danone ou Décathlon

L'ONG a recensé une centaine de marques qui financent sans le savoir les vidéos climatosceptiques. Parmi ces marques : Carrefour, L'Oréal, Uber, Décathlon ou Danone. Cela peut s'expliquer par le fait que les marques demandent à apparaître sur les vidéos associés à certains mots-clefs comme "environnement". YouTube affirme avoir réduit les contenus douteux dans ses recommandations et promu les chaînes qui font autorité sur le sujet. L'ONG Avaaz ne demande pas à la plateforme de supprimer les vidéos problématiques, mais juste de détoxifier l'algorithme pour ne pas faire de publicités excessives aux climatosceptiques.

Retrouvez les vidéos de Linh-Lan Dao sur sa chaîne YouTube

Vous êtes à nouveau en ligne