Un homme poursuivi par son ex-employeur pour "vol d'abonnés Twitter"

Capture d\'écran du compte Twitter de Noah Kravitz, le 27 décembre 2011.
Capture d'écran du compte Twitter de Noah Kravitz, le 27 décembre 2011. (FTVi)

Le blogueur Noah Kravitz a rassemblé 17 000 abonnés sur son compte Twitter alors qu'il travaillait pour la société Phonedog. Aujourd'hui, celle-ci en revendique la propriété.

La liste d'abonnés Twitter d'un employé peut-elle être considérée comme propriété de son employeur ? La question est inédite, mais devra être tranchée par un tribunal californien. La société américaine PhoneDog a porté plainte contre le blogueur Noah Kravitz, qui a démissionné en 2010 après quatre ans passés dans l'entreprise.

Le travail de Noah Kravitz consistait alors à tester des nouveaux produits pour PhoneDog. C'est à cette période qu'il a commencé à twitter sous le pseudonyme de @PhoneDog_Noah, rassemblant sur ce compte 17 000 internautes qui suivaient les messages qu'il diffusait sur le réseau social.

Deux dollars cinquante par abonné Twitter

Pour son ex-employeur, sa liste d'abonnés est assimilable à une liste de clients : la société lui réclame 340 000 dollars (260 000 euros) de dommages et intérêts, sur la base d'une valeur de 2,50 dollars par internaute suivant son fil pour chaque mois écoulé depuis sa démission.

Selon le texte de la plainte, déposée en juillet devant un tribunal fédéral californien, quand Noah Kravitz a "soudainement démissionné" en octobre 2010, son employeur lui a demandé de renoncer à son compte Twitter. Ce dernier s'y serait refusé, se contentant de changer l'intitulé de son fil, désormais appelé @noahkravitz. Mais pour PhoneDog, si le bât blesse, c'est surtout parce qu'il s'est depuis fait embaucher par un concurrent, TechnoBuffalo, et utiliserait son fil Twitter "pour dénigrer PhoneDog".

PhoneDog considère la liste d'abonnés "comme sa propriété"

Cité jeudi par le New York Times (article en anglais), Noah Kravitz a assuré qu'il avait quitté PhoneDog en bons termes, et avec l'accord de la société pour qu'il "'tweete' au nom [de la société] de temps en temps". De son côté, PhoneDog explique que "les coûts et les ressources investis par PhoneDog Media pour faire avancer sa notoriété et le nombre de ses abonnés dans les médias sociaux sont importants, PhoneDog Media les considère comme sa propriété".

En attendant la décision du tribunal, Noah Kravitz gagne toujours plus de followers : il en rassemble désormais 22 000. Mais il a dû rassurer certains : "M'ajouter aux personnes que vous suivez ne va pas me coûter de l'argent", explique-t-il à des internautes craignant de lui nuire en rejoignant ses followers.

Vous êtes à nouveau en ligne