Twitter prêt à censurer certains messages

Les outils proposés par Topsy permettent d\'analyser des \"centaines de milliards\" de tweets et de pages internet. 
Les outils proposés par Topsy permettent d'analyser des "centaines de milliards" de tweets et de pages internet.  (KIMIHIRO HOSHINO / AFP)

Le réseau social a introduit une nouvelle fonctionnalité permettant de filtrer le contenu des tweets et d'en supprimer certains, en fonction des différentes lois nationales.

Dans le billet de blog qui annonce la nouvelle, Twitter se garde bien d'employer le mot "censure".  Et pourtant : depuis jeudi 26 janvier, le réseau social aux plus de 300 millions d'utilisateurs s'est doté d'une fonctionnalité permettant de filtrer certains messages en fonction du pays où se trouve l'internaute.

"A partir d'aujourd'hui, nous nous autorisons à retirer rétroactivement du contenu pour les utilisateurs de certains pays, tout en le laissant disponible dans le reste du monde", explique le service. En clair : si un tweet est considéré comme illégal en vertu des lois sur la liberté d'expression dans un pays, il y sera censuré. Partout ailleurs, il restera visible. Et Twitter de citer le cas de la France et de l'Allemagne, qui "interdisent de faire l'apologie du nazisme".

Inquiétudes face aux régimes autoritaires

Auparavant, l'entreprise n'avait pour choix que de supprimer définitivement un message. Du coup, Twitter présente cette nouveauté comme une avancée indispensable pour accompagner son arrivée dans des pays ayant "des idées différentes au sujet des limites à la liberté d'expression".

Mais ce choix inquiète. Le site américain Gizmodo s'interroge ainsi : "Dans quelle mesure le printemps arabe aurait-il été différent si Twitter avait adopté cette politique l'an passé ?" The Guardian rappelle en effet que le réseau avait été très utilisé parmi les manifestants de la place Tahrir, lors du renversement du régime d'Hosni Moubarak en Egypte.

Impossible pour l'instant de savoir si Twitter se pliera facilement aux desiderata des gouvernements autoritaires : l'entreprise n'a pour l'heure jamais actionné ce levier. A des fins de transparence, le réseau social a indiqué que chaque tweet censuré serait répertorié sur une page accessible à tous.