Téléphonie mobile : Orange attaque l'accord noué entre SFR et Bouygues

Une boutique Orange à Lille (Nord), en février 2014.
Une boutique Orange à Lille (Nord), en février 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

L'opérateur historique a saisi l'Autorité de la concurrence, révèlent "Les Echos", mercredi 30 avril. Orange dénonce l'accord noué en février entre ses deux rivaux, qui prévoit une mise en commun de leurs réseaux.

Nouvel épisode de la guerre qui fait rage dans la téléphonie mobile. Orange a saisi l'Autorité de la concurrence, mercredi 30 avril, pour faire obstacle au rapprochement entre SFR et Bouygues, révèlent Les Echos (article payant). Les deux opérateurs se sont en effet entendus, en février, pour mettre en commun leurs réseaux sur une grande partie du territoire français.

Que prévoit l'accord entre SFR et Bouygues ?

D'ici à 2017, chacun aura la charge de grandes régions : l'Ouest et le Sud-Est pour Bouygues, le reste pour SFR. Ils resteront en revanche concurrents dans les grandes villes. Dans l'immédiat, cela veut dire qu'il faudra démonter 7 000 antennes et investir plusieurs centaines de millions d'euros. Mais à moyen terme, les deux opérateurs espèrent réaliser plusieurs centaines de millions d'euros d'économies par an.

Pourquoi Orange saisit l'Autorité de la concurrence ?

Pour Orange, cet accord va à l'encontre des règles de concurrence pour plusieurs raisons, expliquent Les Echos. Les grandes villes ne représentent que 4% du territoire, rappelle d'abord le quotidien, ce qui laisserait peu de place à la concurrence. Ce n'est pas tout : une fois la mise en commun achevée dans chacune des grandes régions prévues, le réseau sera tantôt géré par SFR, tantôt par Bouygues, ce qui interdirait tout retour en arrière. Toujours selon le quotidien, Orange craint également que les deux opérateurs soient tentés de partager leurs fréquences.

Vous êtes à nouveau en ligne