Couverture mobile : les opérateurs de téléphonie mentent-ils sur les chiffres ?

(Maxppp)

L'Association française des utilisateurs de télécommunications (Afutt) estime que les chiffres officiels de couverture du territoire par les opérateurs de téléphonie mobile "sont faux" et demande le changement des critères qui servent à les calculer.

Les utilisateurs de téléphones mobiles se plaignent de plus en plus de
mauvaises conditions de connexions aux réseaux. L'Association française des utilisateurs de télécommunications (Afutt) a donc décidé de mettre
son nez dans les taux de couverture fournis par les opérateurs. Or selon
l'association, " le taux de couverture réel est très inférieur au taux
officiel
" .

Un grand écart qui s'expliquerait selon l'Afutt par des critères de
calcul obsolètes. En effet ils n'ont pas été revus depuis 2007,
alors que ces dernières années les usages (en particulier l'usage d'internet
sur les smartphones) eux ont connu une véritable révolution.

Risque d'accroissement des zones blanches

Parmi les exemples
cités par l'Afutt : assurer la couverture du centre d'un bourg suffit pour considérer
que la totalité du bourg est couvert, et qu'ils ne sont calculés qu'en usage
piéton, soit pas plus de 5 km/h de vitesse de
déplacement. Alors qu'il faudrait selon le communiqué de l'Afutt une durée garantie de communication, de la disponibilité d'un débit minimum d'1 megabit/seconde, et la possibilité d'accès au réseau en situation de mobilité.

Car ces critères de calculs dépassés risquent selon l'association
de creuser encore davantage la fracture numérique. Quand ils ne présentent pas
un réel danger pour les usagers, lorsqu'" ils ne permettent pas de garantir
l'acheminement des appels d'urgence
" , ajoute l'association.