Avec l'application RogerVoice, les personnes sourdes et malentendantes peuvent appeler avec leur téléphone

Une personne en train d\'envoyer un SMS via son téléphone portable (illustration).
Une personne en train d'envoyer un SMS via son téléphone portable (illustration). (BONNAUD GUILLAUME / MAXPPP)

Dès lundi, les personnes sourdes, malentendantes, sourdaveugles et aphasiques ont la possibilité d'utiliser le service voix de leur téléphone, imposé aux opérateurs téléphoniques par la loi "pour une République numérique".

Sabine, jeune femme sourde, s'exprime uniquement avec la langue des signes. Jusqu'ici, elle utilisait les SMS pour communiquer avec des personnes entendantes. Dès lundi 8 octobre, elle peut aussi utiliser le service voix. Lorsqu'elle appelle son amie Hélène, voilà ce que son interlocutrice entend : "Bonjour, vous êtes en relation avec un interprète de la plateforme RogerVoice, car une personne sourde cherche à vous joindre. Je vais traduire vos échanges."

L'application RogerVoice permet aux personnes sourdes et malentendantes d'utiliser le service voix du téléphone - Reportage Sarah Lemoine
--'--
--'--

C'est une avancée majeure pour les 5 millions de personnes sourdes, malentendantes, sourdaveugles et aphasiques en France : elles ont donc désormais la possibilité d'utiliser le service voix de leur téléphone pour appeler un ami, prendre un rendez-vous chez le coiffeur ou réserver une table au restaurant comme n'importe qui. C'est ce qu'impose la loi "pour une République numérique" aux opérateurs téléphoniques.

Un opérateur traduit en direct la conversation

Pour appeler ou se faire appeler, les clients sourds et malentendants d'Orange, Bouygues Télécom et SFR doivent télécharger sur leur smartphone l'application RogerVoice. L'application permet aussi de transcrire la parole en texte et le texte en parole, automatiquement, ou avec l'aide d'un scripteur humain : "C'est tout en simultané", explique Marie-Hélène, une interprète diplômée en langue des signes, installée dans un centre d'appel, devant son ordinateur. Elle fait la traduction en direct entre les deux amies : "Je dis à la personne entendante ce que je vois dans les mains de la personne sourde, et je vais traduire immédiatement en langue des signes pour la personne sourde la réponse de l'interlocuteur entendant. C'est très fluide, les personnes se parlent normalement."

Il faut apprendre à être complètement transparent, restituer l'émotion de l'un et de l'autre. On se met dans l'intonation du locuteur, qu'il soit sourd ou entendant.Marie-Hélèneà franceinfo

Tous les mois, les sourds et malentendants qui utilisent Rogervoice ont une heure de communication gratuite offerte par leur opérateur, comme le prévoit la loi.
Le résultat est unique au monde selon le président de la Fédération des Télécom, Michel Combot : "C'est donc un service qui va permettre d'intégrer plusieurs fonctionnalités, de la transcription texte à la synthèse vocale, jusqu'à la traduction en langue des signes ou en langage parlé complété. C'est une première mondiale que d'intégrer autant de fonctionnalités dans une seule application. Les personnes sourdes et malentendantes pourront appeler qui elles veulent avec un service et choisir leur mode d'interaction."

Un service à la portée de tout le monde

Une vraie révolution pour Jeremie Boroy, président de l'Unisda qui fédère les principales associations de personnes sourdes et malentendantes : "Aujourd'hui, les personnes sourdes ont su s'approprier les outils comme les SMS, les mails, mais ils n'ont pas encore accès à ce qui reste encore essentiel : la voix au téléphone."

La voix est présente dans votre vie quotidienne, personnelle, professionnelle, sociale, et même pour votre sécurité. Demain, ce service sera vraiment à la portée de tout le monde.Jeremie Boroyà franceinfo

Le dispositif va monter progressivement en puissance, le temps d'adapter l'offre à la demande, et de former, surtout, un plus grand nombre d'interprètes en langue des signes. C'est pourquoi les personnes sourdes et muettes qui utilisent ce nouveau service n'ont qu'une heure de communication gratuite mensuelle pour commencer. En 2021, ce sera trois heures, puis cinq heures mensuelles en 2026. En parallèle, la loi impose aux services publics et aux grandes entreprises de rendre également accessible leurs services clients.

Vous êtes à nouveau en ligne