À Nice, une application permet aux citoyens de dénoncer un délit depuis son smartphone

Déjà suréquipée de caméras de surveillance, la ville de Nice expérimente l’application Reporty qui permet à n’importe quel citoyen de signaler en direct un délit à la police.

1 950 : c’est le nombre de caméras présentes à Nice, ville la plus surveillée de France. Désormais, les citoyens niçois pourront devenir une caméra de surveillance. Depuis le début de l’année, et pendant deux mois, la ville expérimente un nouveau dispositif, l’application Reporty. Connectée en temps réel aux services d’urgences, aux forces de l’ordre et aux services municipaux, l’application permet aux citoyens d’émettre un appel vidéo afin de dénoncer un délit depuis son smartphone. 

Une application venue d’Israël

Concrètement, lorsqu’un citoyen filme une incivilité, son smartphone est géolocalisé et ses images apparaissent sur les écrans du Centre de Supervision Urbain (CSU) de Nice. "Ça va permettre de gérer les priorités. Les opérateurs vont pouvoir avoir des images avant de décrocher." explique un policier. Selon les développeurs, seuls les agents assermentés peuvent les visionner.

Pour se doter d’un tel dispositif, la mairie a fait appel à la start-up de l’ancien Premier ministre israélien, Ehud Barak. Le maire de la commune, Christian Estrosi, y voit "une bonne chose" car cette technologie permet de "compléter ce qui existe déjà". 

Toutefois, cet outil représenterait un danger pour la vie privée des utilisateurs selon plusieurs associations. En effet, l’application réclame l’accès aux contacts, aux données réseaux et contiendrait des mouchards, c’est-à-dire des petits logiciels qui capturent les données. D’autre part, l’opposition municipale a dénoncé un système de "délation" généralisé. 

Vous êtes à nouveau en ligne