Une cyberattaque historique frappe le monde

France 3

200 000 victimes dans  150 pays : c'est le premier bilan de la cyberattaque qui frappe le monde depuis le début de ce week-end. La traque des pirates continue.

Heure après heure, le monde découvre l'ampleur du piratage informatique. Parmi les derniers touchés, les universités chinoises. Les étudiants ont découvert leurs ordinateurs piratés avec toujours le même message qui exige une somme d'argent pour déverrouiller le système. Pour le moment, le pire a peut-être été évité, car depuis ce dimanche 14 mai, la propagation du virus est enrayée grâce à un chercheur en cybersécurité. Un Britannique de 22 ans est parvenu à bloquer la diffusion du virus : "J'ai été surpris de voir que ce n'était pas aussi sophistiqué que ce à quoi je m'attendais. Cela ressemblait plus à des codes assemblés par quelqu'un pendant son temps libre".

Recrudescence lundi avec le retour au travail ?

Pour l'heure, le piratage a touché 200 000 ordinateurs dans 150 pays. Europol appelle les entreprises à la plus grande vigilance : "Tous les secteurs sont vulnérables et devraient prendre au sérieux la nécessité de mettre leurs systèmes à jour dès qu'ils le peuvent", a averti Rob Wainwright, directeur d'Europol. En France, plusieurs sites de Renault ont été durement touchés. Lundi, l'usine de production de Douai sera fermée. Aujourd'hui, les experts redoutent une nouvelle série d'attaques avec un virus plus perfectionné.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne