L'internet mondial visé par une vague de piratage d'une ampleur inédite

Une simulation de cyberattaque vue sur un écran d\'ordinateur à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 10 octobre 2016.
Une simulation de cyberattaque vue sur un écran d'ordinateur à Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 10 octobre 2016. (MAXPPP)

Selon l'Icann, l'organisme international qui attribue les adresses internet, des attaques massives sont en cours contre des noms de domaine internet.

L'internet mondial est actuellement la cible d'une vague d'attaques informatiques "inédite" et "à très grande échelle". L'avertissement vient de l'Icann lui-même, c'est-à-dire l'organisme international qui attribue les adresses internet. "Il y a déjà eu des attaques ciblées, mais jamais comme ça", ont prévenu ses responsables dans la nuit du vendredi 22 au samedi 23 février. 

Pour l'essentiel, ces attaques consistent "à remplacer les adresses des serveurs" autorisés "par des adresses de machines contrôlées par les attaquants", a expliqué l'organisme. Cela permet aux pirates de fouiller dans les données (mots de passe, adresses mail...) sur le chemin, voire de capter complètement le trafic vers leurs serveurs.

Des services étatiques et des industries ciblés

Selon des experts extérieurs à l'Icann interrogés par l'AFP, les pirates ciblent aussi bien des gouvernements que des services de renseignement ou de police, des compagnies aériennes ou l'industrie pétrolière, que ce soit au Moyen-Orient ou en Europe. "Avec cet accès, ils pourraient faire cesser de fonctionner des pans d'internet. Ils ont choisi d'intercepter [les données] et d'espionner les gens", précise l'un d'eux. 

Toujours selon les experts, les pirates appartiennent le plus souvent à deux catégories principales : des individus ou des groupes de "hackers" qui veulent gagner de l'argent (rançongiciels, revente de données personnelles sur le darknet...) ou bien des Etats, qui souhaitent espionner d'autres pays et/ou y semer des dissensions politiques. Les spécialistes estiment que la Chine, la Russie, l'Iran ou la Corée du Nord sont particulièrement actifs en matière de piratage. Ce que démentent les intéressés.

Vous êtes à nouveau en ligne