VIDÉO. Enquête : le fléau des "viols à distance"

Une nouvelle délinquance s'organise sur les réseaux, avec les outils numériques : le viol sur commande, à des milliers de kilomètres de distances. Les commanditaires sont très difficiles à retrouver. Une seule personne a été condamnée en France pour le moment.

A l'abri derrière leur ordinateur, ils assouvissent leurs fantasmes les plus sordides. Les pédophiles commandent, moyennant quelques dizaines d'euros, des viols d'enfants parfois très jeunes à l'autre bout du monde. L'agression se déroule en direct par Internet. Les enquêteurs appellent ça un "live streaming". "Les personnes qui sont derrière leur écran commanditent un scénario et agissent comme pourrait le faire un réalisateur de films. [...] Elles choisissent exactement ce qui va se passer, et comment ça va se passer", explique la juriste Ludivine Piron.

En janvier dernier, un homme a été condamné à 5 ans de prison pour complicité d'agression sexuelle dans une affaire de live streaming. Une première en France.

De nombreux cas aux Philippines

C'est grâce à un signalement du FBI que ce pilote de ligne de 50 ans a été arrêté en 2014. Sur le Dark web, la partie cachée d'Internet, l'homme se connectait à des sites pédopornographiques. En sondant ses comptes en banque, les policiers ont découvert qu'en 4 ans, il avait effectué pas moins de 70 versements, dont la plupart à une femme philippine.

Le pédophile lui demandait d'effectuer des attouchements sur ses propres filles en échange d'argent. "L'homme n'est pas dans la pièce, mais il le demande, et il le voit exécuter en direct selon ses instructions. [...] C'est une complicité par instigation, ou par instruction", détaille l'avocat Emmanuel Daoud. Aujourd'hui, des milliers d'enfants seraient victimes de cette pratique, principalement aux Philippines. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne