VIDEO. Pour "Envoyé spécial", un pirate informatique montre comment rançonner les internautes

Prendre à distance le contrôle d'un ordinateur, puis exécuter un logiciel de demande de rançon, ou "ransomware". Un jeune hacker a accepté de faire à "Envoyé spécial" une démonstration de cette nouvelle forme de cambriolage. Extrait.

Pour lui, le "ransomware", "c'est ce qu'il y a de plus rentable actuellement. Parce que c'est simple et efficace". Un jeune pirate informatique que nous appellerons Julien a accepté de parler à Clément Le Goff dans cet extrait d"Envoyé spécial", à condition que son visage soit masqué et sa voix modifiée.

Sur son écran d'ordinateur défile la liste de ses victimes, connectées ou non. "J'ai le contrôle total de l'ordinateur, affirme-t-il. Je peux faire même plus que son propriétaire." Démonstration : devant la caméra, Julien prend à distance le contrôle de la webcam d'un internaute aux Pays-Bas. On peut voir les doigts de celui-ci, filmés à son insu, pianoter sur le clavier.

"J'analyse les victimes avant"

Avant d'exécuter le logiciel de rançon, Julien, comme un cambrioleur, fait d'abord un repérage. "J'analyse les victimes avant. Chaque victime que j'ai, je ne vais pas directement l'infecter. Je vais regarder ses comptes, regarder ses fichiers. En fait, j'essaie de rentabiliser au maximum mes victimes." La dernière à avoir payé la rançon ? "Un architecte qui avait plusieurs plans de maisons, qui a payé 150 euros en bitcoins."

Le pirate explique cibler uniquement des particuliers et exiger de petites rançons. Il dit avoir gagné 1 400 euros depuis quelques mois grâce à ces braquages à distance. Pour ces délits, il encourt jusqu'à cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Extrait de "Les braqueurs de l'ombre", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 14 décembre 2017.

Vous êtes à nouveau en ligne