Cybercriminalité : les gendarmes français du numérique ont réalisé une première mondiale

France 2

Une unité d'élite de la gendarmerie nationale, en charge de la cybercriminalité, a neutralisé un réseau mondial qui s'était attaqué à plusieurs infrastructures.

C'est un très gros coup réalisé par les cybergendarmes français. Spécialisés dans la traque des escrocs du net, ils ont neutralisé un réseau d'ordinateurs infectés par un virus, qui permettaient aux pirates informatiques de lancer des attaques massives dans le monde entier. En 4 ans, Retadup a pris le contrôle de centaines de milliers de machines, avant d'être stoppé par l'unité d'élite française. Si les hackers n'ont pas été identifiés pour le moment, des sources proches de l'enquête évoquent un réseau russe.

Vols de données dans des hôpitaux

Mais leurs serveurs, leur tour de contrôle, se trouvaient en France. Les 850 000 ordinateurs de particuliers piratés ont ensuite servi à lancer des attaques contre des institutions ou des entreprises. "Il a fait des attaques sur des infrastructures comme des hôpitaux en volant des données des gens", explique le colonel Jean-Dominique Nollet, chef du centre de lutte contre la criminalité numérique. "Ils auraient pu neutraliser une infrastructure critique", estime-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne