VIDEO. L'essayiste Pascal Bruckner plaide la "mauvaise plaisanterie" après avoir associé LGBT et pédophilie

"Je retire ces propos, si cela peut faire plaisir aux chasseurs de sorcières", a confié Pascal Bruckner à franceinfo.

Pascal Bruckner rétropédale. Dimanche, l'essayiste avait associé LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et trans) et pédophilie, dans l'émission "C Politique", sur France 5. Des propos qui ont rapidement provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. "C'était une mauvaise plaisanterie, il n'y a évidement aucun lien, a confié Pascal Bruckner à franceinfo, lundi 23 octobre. Je retire ces propos, si cela peut faire plaisir aux chasseurs de sorcières." 

Dimanche 22 octobre, Pascal Bruckner était interrogé sur l'écriture inclusive dans l'émission "C Politique" sur France 5. "Je suis totalement contre. Pour moi, c'est un mélange de crétinisme et de totalitarisme, avait-t-il expliqué. Avant de prendre comme exemple un collège canadien utilisant cette règle : "L'écriture inclusive concerne les catégories suivantes : LGGBDTTTIQQAAP. C'est à dire lesbiennes, gay, genders, queers, bisexuels, demis-sexuels, transgenres. Et ils ont oublié les onanistes, les fétichistes et les pédophiles. On ne voit pas pourquoi ils seraient exclus."

"Des propos à gerber !"

Ces propos, associant LGBT et pédophilie, avaient jeté un froid sur le plateau. La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, avait alors réagi en lançant : "La dernière fois qu’un élu Front national m’a dit ça, il a été condamné en justice." Une référence à la condamnation d'un élu du Mans, ex-FN, qui avait fait un amalgame entre homosexualité et zoophilie en 2015. "Ça n'a rien à voir", avait aussi ajouté le présentateur de l'émission, Karim Rissouli, alors que Pascal Bruckner glissait un discret "je plaisante"Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes se sont indignés des propos de Pascal Bruckner. 

Vous êtes à nouveau en ligne