VIDEO. Body positive : "Ce qui compte, ce n'est pas le corps que vous avez, mais la façon dont vous vivez avec", dit Yasmine

BRUT

Pour Yasmine, créatrice du compte Instagram Elly Killeuse, les régimes à répétition, c'est terminé. Aujourd'hui, elle défend le "body positive" sur les réseaux sociaux. Voilà pourquoi, selon elle, il faut regarder son corps avec bienveillance.

"Aujourd’hui, je me sens mieux dans mon corps en 42 que je ne l'ai été en 36"

Yasmine est devenue une ambassadrice du "body positive" sur les réseaux sociaux, un mouvement qui invite à poser un regard bienveillant sur son corps. Mais pour elle, le chemin avant d'être à l'aise avec son corps, n'a pas toujours été simple. Elle a 12 ans lorsqu'elle commence les régimes, en réaction à une remarque de sa professeur de sport la jugeant "trop grosse". "À partir de ce moment-là, je me suis vue grosse", confie Yasmine. Aujourd'hui, avec le recul et en regardant des photos d'elle à cette période, elle constate qu'elle n’était pas du tout en surpoids. "Une petite phrase peut tout déclencher", regrette-t-elle. À force de régimes, est apparu "l'effet yoyo". "J'ai perdu du poids et j'en ai pris plus, jusqu'au jour où je suis devenue vraiment grosse", confie Yasmine.

Un mouvement pour tous les corps

Populaire sur les réseaux sociaux avec son compte Instagram "Ely Killeuse", Yasmine tient à souligner que le "body positive" n'est pas un synonyme de "gros positive". "C'est pour tout le monde, c'est pour tous les corps", explique-t-elle avant d'ajouter : "Ça peut aussi permettre à quelqu'un qui a subi une ablation mammaire d'assumer son corps tel qu'il est." Pour résumer : le "body positive" est un moyen de voir son corps pour ce qu'il fait pour nous, pour ce qu'il est et avec bienveillance.

Vous êtes à nouveau en ligne