Libération : des lecteurs détournent la Une

(Liberation.fr/Stefan de Vries)

Samedi, Libération frappait un grand coup en titrant "Nous sommes un journal" en Une et consacrait cinq pages de l'édition du week-end pour expliquer à ses lecteurs le conflit intestin qui mine le journal depuis plusieurs mois. Mais certains lecteurs ont détourné la Une, rappelant au journal qu'eux aussi ont des reproches à lui faire.

Le combat interne que se livrent salariés et actionnaires au sujet de la réorientation de Libération est apparu au grand jour ce week-end. Lassés, outrés, les équipes du quotidien ont décidé d'utiliser leur principal atout : le journal papier. Ils ont ainsi exposé le conflit sur cinq pages sous la forme d'un "évènement " : "le nôtre, d'évènement, le vôtre, aussi ".

Avec ces pages, les journalistes de Libération  s'opposent au projet des actionnaires de développer un espace "culturel et de conférence comportant un plateau télé, un studio radio, une newsroom digitale, un restaurant, un bar, un incubateur de start-up, bref, un lieu d'échange ouvert et accessible et ouvert à tous ... dont l'esprit serait celui d'un  "Flore du XXIème siècle" porté par la puissance de la marque  Libération".

Les lecteurs ne suivent pas tous

Sur Twitter, des détournements de la Une sont apparus. Certains ont reproché au journal de se tromper de combat. Le détournement le plus partagé est l'oeuvre de Stefan de Vries, "lecteur de Libération depuis 20 ans et journaliste ". 

Un détournement qui a interpellé les lecteurs. 

Le BondyBlog a aussi sauté sur l'occasion, dénonçant le refus de Libération .

La classe politique de gauche a tweeté son soutien à Libération en réaction à la Une de ce samedi. Voici l'exemple de deux députés socialistes :

Vous êtes à nouveau en ligne