Le web réagit au séisme haïtien

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Dès les premières secousses, les réseaux sociaux et les sites participatifs ont été à la pointe de la réactivité…

[Mise à jour: 13h45]

Dès hier soir les premiers témoignages, photos et appels à l'aide sont tombés sur Twitter, le site de microblogging. "Se Grav! Anpil kay tonbe, moun blese, mouri, genyen ki anba kay toujou. Se mwen ak pitit mwen ki anfom. M pa gen nouvel lot moun" écrivait par exemple le journaliste haïtien cette nuit. En créole, en anglais, en français, l'animateur du Morning Show sur Radio 1 Haïti, a posté ses premières réactions et a donné les premières informations

Il a aussi été contacté par tous les médias internationaux pour témoigner. Et il est tellement débordé qu'il fait patienter les rédactions via Twitter, justement: "Je suis en ligne avec d'autres médias" écrit-il par exemple à la rédaction en chef de CNN, qui le harcèle de coups de fil.

a lui aussi été parmi les premiers à témoigner. Il envoie un tweet dès qu'une réplique est ressentie et raconte ce qu’il voit dans la rue, autour de chez lui. "Les gens sont terrifiés, ils hurlent et courent dans tous les sens" postait-il par exemple ce matin.

L'ancien chanteur des Fugees, , d'origine haitienne, relaye lui aussi les appels à l'aide de la population de Port-au-Prince. Via son compte Twitter, il a également lancé un appel aux dons en faveur de son association Yélé, qui soutient plusieurs projets sur l'île. Et Wyclef Jean s’est d’ailleurs envolé pour la République dominicaine voisine, comme il l’a annoncé vers 11h sur le réseau social…

De nombreuses photos et vidéos amateur

Des ONG très présentes sur le Net

Beaucoup lancent des appels aux dons ou proposent, tout simplement de faire le lien entre les internautes d'origines haïtienne et leurs familles, sur place. par exemple. Cette association donne des nouvelles régulières sur son compte Twitter. Des nouvelles souvent terrifiantes.

La solidarité s’organise aussi sur Facebook, avec des dizaines de groupes créés depuis cette nuit pour venir en aide aux victimes du séisme. Des groupes qui comptent déjà plusieurs milliers de membres, comme "Earthquake Haiti". Parmi les messages posté sur ce groupe, celui de Manouchka, qui cherche à avoir des nouvelles de son grand père. Ou celui de Sharlene, qui donne des nouvelles rassurantes de sa mère, saine et sauve. Et beaucoup de propositions, comme celle de Julia, une informaticienne qui propose son aide et son savoir-faire.

Le système de diffusion de photos par Twitter Twitpic a été plus rapide que les agences de presse. L'AFP a d'ailleurs décidé de diffuser certains de ces clichés amateurs. Mais il y a aussi quelques photographes professionnels sur l’île, comme Daniel Morel, qui a créé un compte Twitpic pour diffuser gratuitement ses photos.

De son côté, iReport, l'espace participatif du site de CNN, recense plusieurs dizaines de vidéos d'internautes tournées cette nuit et ce matin dans la capitale haïtienne.

Enfin une initiative intéressante : celle du site canadien Realtime Réalité qui propose un streaming video en direct de tout ce qui se passe à Port-au-Prince, avec des témoignages et des interviews en webcam. 

Vous êtes à nouveau en ligne