Manger devant sa webcam tout en étant payé : le "mok-bang" part à l'assaut du monde

Certaines vidéos sont visionnées plusieurs millions de fois.
Certaines vidéos sont visionnées plusieurs millions de fois. (CAPTURE D'ÉCRAN YOUTUBE)

Des personnes dévorant des montagnes de nourriture devant leur webcam... et payés par les internautes pour le faire : apparu en Corée du Sud, le "mok-bang", s'internationalise.

Manger des quantités astronomiques de nourriture chez soi, devant sa webcam, tout en étant payé par les milliers d'internautes qui vous regardent : voilà le "mok-bang". La pratique, apparue en Corée du Sud il y a deux ans, est en train de gagner d'autres pays. Le site de streaming Twitch a lancé cet été un nouveau canal dédié au "Social Eating".

Un jour sur deux à partir de 11 heures du soir, Ho Ming Su dévore du poulet frit, des nouilles instantanées, de la pizza ou encore du riz sauté devant 30 000 internautes en moyenne.

Cinq kilos par repas

"J'adore manger, explique l'homme âgé de 36 ans. C'est pour ça que j'ai commencé le mok-bang". À chaque repas, il prend entre 4 et 5 kilos : "Je bois aussi beaucoup. Je prends environ 5 000 calories par émission. Alors je fais beaucoup de sport comme du jogging." Depuis qu'il a commencé, il n'aurait presque pas grossi.

Tout en mangeant, Ho Ming Su discute politique ou société avec ses "followers", qui lui envoient de petites sommes d'argent. Il a même des sponsors ! Au total, il gagne environ 2 000 euros par mois.

Rompre son isolement

"Il y a quelque chose d'attractif à partager un moment privé comme celui du repas, estime Li Teu, le représentant d'Afreecatvle principal site coréen de streaming. Les gens qui regardent du mok-bang pour la première fois se demandent comment des internautes peuvent suivre ça. Mais il sont de plus en plus nombreux !"

Généralement, les spectateurs vivent (et donc mangent) seuls. Le mok-bang leur donne l'impression de partager un repas. D'autres, qui font un régime, déjeunent ainsi "par procuration".

Le phénomène est tel que le mok-bang est en train de se répandre au-delà des frontières de la Corée du Sud. Des internautes d'Afreecatv aux États-Unis commencent eux aussi à manger en ligne.

La folie du Mok-bang : le reportage de Frédéric Ojardias
--'--
--'--