"Ligue du LOL" : "Libération" annonce la mise à pied de deux de ses journalistes mis en cause

Le raccourci vers l\'application Twitter, sur un téléphone.
Le raccourci vers l'application Twitter, sur un téléphone. (SASCHA STEINBACH / EPA)

Mis en cause dans l'affaire de la "Ligue du LOL", Alexandre Hervaud et Vincent Glad ont été mis à pied lundi "à titre conservatoire" par le quotidien "Libération".

Le quotidien Libération annonce lundi 11 février à France Inter, la mise à pied "à titre conservatoire" du journaliste Alexandre Hervaud, mis en cause dans l'affaire de la "Ligue du LOL". La direction du journal précise que cette décision est prise dans le cadre d'une enquête diligentée en interne et n'est "pas une sanction". Le journaliste Vincent Glad, pigiste à Libération, a lui aussi été mis à pied à titre conservatoire. Leurs noms apparaissent dans une affaire de cyberharcèlement sur les réseaux sociaux.

Un "climat toxique en ligne"

Alexandre Hervaud a publié dimanche sur Twitter, un texte dans lequel il présente ses excuses "aussi sincères que tardives", et reconnaît avoir contribué "de près ou de loin" à un "climat toxique en ligne". "Certains témoignages m'ont littéralement tordu le bide", écrit Alexandre Hervaud.

Vincent Glad, créateur du groupe Facebook, a lui aussi présenté ses excuses sur Twitter. "On parlait de trolling, c'était du harcèlement, écrit-il. J'ai créé un monstre qui m'a échappé."

Plusieurs dizaines de témoignages publiés depuis vendredi dans la presse, dont le site internet de Libération, rapportent des faits de harcèlement de la part des membres de la "Ligue du LOL", un groupe Facebook privé regroupant une trentaine de journalistes parisiens, actif à la fin des années 2000 et au début des années 2010. Ils sont accusés d'avoir cyberharcelé d'autres journalistes et blogueurs, notamment des femmes et des militantes féministes.

Vous êtes à nouveau en ligne