"Une amitié que personne n'a demandée" : le "New York Times" démolit Facebook dans une vidéo d'anniversaire

Le grinçant message d\'anniversaire du \"New York Times\" pour Facebook.
Le grinçant message d'anniversaire du "New York Times" pour Facebook. (FRANCEINFO)

Pour les 15 ans du réseau social, le quotidien publie une vidéo au vitriol, rappelant les scandales qui secouent régulièrement le réseau social créé par Mark Zuckerberg.

"Joyeux anniversaire Facebook !" Dans une courte vidéo publiée lundi 4 février, le New York Times fête les 15 ans du réseau social à sa manière. Musique guillerette, petits personnages animés, textes défilant à l'adresse de l'"ami" Zuckerberg... La vidéo parodie les montages d'anniversaire que l'on peut publier sur le réseau social aux 2,3 milliards d'usagers. 

Sauf que le quotidien américain marque le coup avec des vœux au vitriol, qui récapitulent scandales et bévues qui ont secoué le groupe. "Quinze ans et quelles montagnes russes. Nous avons créé une vidéo d'amitié pour Mark Zuckerberg pour marquer ce jour", écrit sur Twitter la rubrique "Opinion" du New York Times, qui a multiplié ces derniers mois les révélations embarrassantes pour le réseau social.

Sur le site du journal, le titre de la vidéo à l'ironie cinglante est encore plus explicite : "Facebook a 15 ans : une amitié que personne n'a demandée". La vidéo, qui dure moins de deux minutes, commence par féliciter Mark Zuckerberg pour avoir "inventé Facebook !". Mais les choses se gâtent très vite et le panneau suivant précise entre parenthèses : "Tu sais, après que ton site qui servait à noter les étudiants sur leur physique a été fermé."

Le New York Times passe ensuite tout en revue, au travers de remarques assassines et de coupures de presse : piratage, gestion des données personnelles, fausses informations, contenus haineux, etc. "Visiblement, tu aimes bien diffuser les données de tes utilisateurs" ou "Bon ben, en tout cas, tu t'es pas trop mal débrouillé" avec une fortune estimée à 55 milliards de dollars, font aussi partie des amabilités adressées par le New York Times au fondateur de Facebook.

Vous êtes à nouveau en ligne