"La Libra n'est pas la bienvenue" : Bruno Le Maire annonce "des mesures" pour interdire la cryptomonnaie de Facebook en Europe

Le logo Libra, le 2 août 2019.
Le logo Libra, le 2 août 2019. (DAINA LE LARDIC/ISOPIX/SIPA)

Le ministre de l'Economie a précisé qu'il n'était pas contre l'établissement d'une monnaie numérique publique "dans un cadre européen".

La France, l'Italie et l'Allemagne préparent ensemble des mesures pour interdire en Europe la cryptomonnaie de Facebook (appelée Libra), a annoncé vendredi 18 octobre le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. "La Libra n'est pas la bienvenue sur le territoire européen", a-t-il lancé, estimant que "c'est notre souveraineté qui est en jeu". Le ministre s'est refusé à dévoiler la nature de ces mesures pour le moment. "C'est le message politique qui est important", a-t-il insisté, alors que Libra doit entrer en service en 2020. 

Bruno Le Maire a rappelé l'un des points particulièrement litigieux : le fait que cette cryptomonnaie sera adossée à un panier de devises. Selon lui, "il suffira que Facebook décide d'avoir plus d'euros ou plus de dollars pour avoir un impact sur le niveau de change de l'euro ou du dollar". Cela affectera l'efficacité des Etats et affaiblira l'indépendance de la politique monétaire, a-t-il souligné.

Veut-on que la politique monétaire soit aux mains d'une entreprise privée comme Facebook? Ma réponse est clairement non.Bruno Le Maireen conférence de presse

Le ministre de l'Economie a toutefois souligné qu'il n'était pas contre l'établissement d'une monnaie numérique publique sur laquelle la France est disposée à travailler "dans un cadre européen".

Vous êtes à nouveau en ligne