Cybersécurité : des arnaques utilisent la monnaie numérique de Facebook avant même son lancement

Le lancement de Libra, la cryptomonnaie de Facebook, est prévu pour 2020.
Le lancement de Libra, la cryptomonnaie de Facebook, est prévu pour 2020. (DADO RUVIC / X02714)

Plusieurs sites internet proposent par exemple de pré-acheter des Libras, pour pirater les cartes de crédit des utilisateurs.

Facebook n'a même pas encore lancé sa monnaie numérique, Libra – dont le lancement est prévu en 2020 –, qu'elle fait déjà l'objet de fausses informations sur internet. Le Washington Post a dévoilé, lundi 22 juillet, l'existence de sites pirates sur lesquels les utilisateurs peuvent acheter, vendre ou pré-commander des Libras en entrant leurs coordonnées bancaires. 

Les faux comptes, pages et groupes, se présentant comme officiels, avec le logo de Facebook et des photos de son PDG Mark Zuckerberg, se sont multipliés ces deux derniers jours. Le site Buylibracoins.com propose par exemple de pré-acheter des Libras, avec une carte bancaire ou d'autres monnaies virtuelles comme le Bitcoin. 

Une cryptomonnaie déjà critiquée

Facebook et Instagram ont supprimé certains de ces comptes une fois alertés par le quotidien. "Facebook a retiré des publicités et pages violant ses politiques lorsqu'il a pris connaissance de leur existence, et nous nous employons à améliorer les moyens de détecter des arnaques sur nos plateformes", a déclaré le réseau social. L'apparition de ces faux comptes est un coup dur pour Facebook.

Le géant du web fait face aux barrages des politiques et régulateurs à travers le monde, pour qui cette devise représente une menace pour le système financier mondial. Le secrétaire américain au Trésor a déclaré que Libra serait soumise à "des normes de sécurité très élevées", alors que les ministres des Finances du G7 ont exprimé leur inquiétude à l'occasion d'un sommet, le 17 juillet. 

Vous êtes à nouveau en ligne