Affaire Baupin : des langues se délient

France 3

Dans la foulée des accusations de harcèlement et d'agressions sexuelles contre Denis Baupin, d'autres femmes prennent la parole. Une élue LR des Yvelines affirme ce mardi 10 mai avoir subi des remarques sexistes.

"Scène de la vie politique ordinaire : 'Quand je te vois, j'ai envie de te faire une Baupin'. Ils ne changeront peut-être pas, mais nous oui". Sur sa page Facebook, Aurore Bergé a choisi de ne pas se taire. L'élu Les Républicains de Saint-Quentin-en-Yvelines y raconte les remarques "ordinaires" qui lui ont été adressées. Son texte a été partagé plus de 180 fois. Elle a ses soutiens : "Si j'étais une femme, je ne sais pas si je pourrais les supporter plus de 24 heures" ; "Il faut leur mettre une gifle, plus ou moins dosée, avec ou sans sourire, mais une gifle ! Si l'éducation a échoué, rééducation".

"Sans plainte, c'est faire du buzz"

Toutefois, certains estiment que "ça sent la manipulation d'une arriviste de centre droit" ou que "le courage c'est d'aller jusqu'au bout, citez des noms, portez plainte sinon c'est faire du buzz". D'autres encore lui accordent la palme de la récup' de l'affaire Baupin. Aurore Bergé leur a répondu dans la journée : "J'ai écrit, car je me trouvais navrante de n'avoir rien répondu. Il faut parler. Aux grincheux, tant pis pour vous, ce n'était pas inutile".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne