Dubsmash, l'application de doublage sur toutes les lèvres

Capture d\'écran du site Dubsmash qui permet de télécharger l\'application.
Capture d'écran du site Dubsmash qui permet de télécharger l'application. (DUBSMASH / FRANCETV INFO)

L'application, qui permet de rejouer des scènes cultes ou de chanter en playback sur une chanson, est en tête des téléchargements sur Android comme sur iPhone.

Vous rêvez de rejouer une scène du Dîner de cons, de La Cité de la peur ou encore de Full Metal Jacket ? Vous souhaitez reprendre à votre compte une réplique de Booba ou de Nabilla ? C'est désormais possible avec l'application Dubsmash, qui permet de réaliser des vidéos doublées avec le son de votre choix. L'application restait en tête des téléchargements en France, lundi 15 décembre, sur iTunes et sur GooglePlay.

Comment ça marche ?

Dubsmash a été imaginé et développé par trois jeunes allemands : Jonas Druppel, Roland Grenke et Daniel Taschik. Depuis sa sortie, le 18 novembre sur iPhone et début décembre sur Android, l'application a été téléchargée des millions de fois. Depuis, les petites vidéos de 10 secondes inondent Twitter, Facebook, Instragram ou encore YouTube.

L'application est très simple d'utilisation. Une fois installée, il suffit de sélectionner la chanson ou la réplique de film de votre choix dans la bibliothèque de sons qui va du "Allo, quoi ?" de Nabilla à "Je suis ton père", prononcé avec la voix de Dark Vador. Les internautes peuvent aussi utiliser leurs propres sons, comme des bruits d'animaux.

Il s'agit ensuit de bien caler le mouvement de ses lèvres sur les images. La vidéo se partage ensuite par messagerie (via Facebook ou WhatsApp) ou directement sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram...). En quelques minutes, il devient donc possible de rejouer certaines scènes cultes comme cet échange tiré de La Cité de la peur :

" – Vous voulez un whisky ?
– Oh, juste un doigt...
– Vous ne voulez pas un whisky d'abord ?"

Pourquoi l'application cartonne ?

Dubsmash est devenue virale grâce à l'engouement des utilisateurs, des médias et des personnalités en tout genre qui ont tenu à participer au phénomène. L'animateur Cauet, Flora Coquerel, la Miss France 2014, l'actrice Adèle Exarchopoulos ou encore la chanteuse Shy'm se sont déjà prêtés au jeu, comme le détaille le Huffington Post. Les auteurs de l'application ont également bien exploité le filon, en créant une chaîne YouTube de compilations des meilleures extraits partagés par les utilisateurs.

 

Chef ! Oui chef ! @adeleexarchopoulos

Une vidéo publiée par Jeremie Laheurte (@jlaheurte) le Déc. 12, 2014 at 6:47 PST

 

Une vidéo publiée par Instashym (@instashym) le Déc. 12, 2014 at 4:06 PST

 

T es tendu !!

A video posted by @cauetofficiel on Dec 12, 2014 at 10:50pm PST

Mais Dubsmash peut-il durer dans le temps ? Pas sûr, répond Le Figaro. Le quotidien rappelle le succès éphémère de certaines applications, telles que Bitstrips, qui permettait de créer des bandes dessinées personnalisées. A l'inverse, d'autres applications comme Snapchat continuent à séduire les internautes plus d'un an après leur sortie.

Quid du droit d'auteur ?

Interrogé sur la question des droits d'auteur, l'un des fondateurs, Daniel Taschik, a déclaré à la presse allemande que sa start-up ne pouvait pas contrôler tous les sons partagés par les utilisateurs. Mais il a ajouté qu'il est possible de signaler via l'application si un son viole le droit d'auteur pour permettre à l'équipe de le retirer. Mais pour l’avocat Antoine Gitton, interrogé par Les Inrocks, ce dispositif ne suffit pas.

Ce spécialiste du droit d'auteur explique qu'il est impossible de se retrancher derrière le principe de courte citation brandi par les auteurs : "La courte citation n’est justifiée que pour autant qu’elle soit justifiée par une œuvre conséquente, une réalisation", ce qui ne serait pas le cas avec une vidéo Dubsmash. L'application pourrait donc rencontrer dans les semaines à venir quelques obstacles juridiques. En attendant, voici une compilation des meilleures vidéos du mois de novembre, sélectionnées par l'application.

Vous êtes à nouveau en ligne