Près de 20% des enfants âgés de 8 à 12 ans ont ouvert un compte sur Facebook alors que l'âge minimum est de 13 ans

Près d\'un tiers des enfants ont indiqué avoir \"déjà été gêné ou choqué\" sur Facebook par des propos, photos ou vidéos
Près d'un tiers des enfants ont indiqué avoir "déjà été gêné ou choqué" sur Facebook par des propos, photos ou vidéos (AFP - NICHOLAS KAMM)

Plus largement, 48% des 8-17 ans ont indiqué avoir "ouvert un compte ou créé un profil sur un site de réseau social", selon une étude TNS pour l'Union nationale des associations familiales (Unaf), la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) et l'association Action innocence.

Plus largement, 48% des 8-17 ans ont indiqué avoir "ouvert un compte ou créé un profil sur un site de réseau social", selon une étude TNS pour l'Union nationale des associations familiales (Unaf), la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) et l'association Action innocence.

Interrogés sur le nom du réseau social qu'ils fréquentent, tous ont cité spontanément Facebook. Seuls 3% ont également cité Skyblog et 1% MySpace.

Facebook a beau être interdit aux moins de 13 ans, 18% des 8-12 ans ont indiqué avoir un compte sur le plus grand réseau social du monde ; 97% d'entre eux précisant que leurs parents étaient au courant.

Pour 59% des 8-17 ans présents sur les réseaux sociaux, la connexion s'y fait "tous les jours ou presque". L'ordinateur familial est l'outil de connexion le plus utilisé (58% des 8-17 ans), devant l'ordinateur personnel (50%) et le téléphone mobile (23%).

44% des parents ne surveillent "pas du tout"
Ces utilisateurs mineurs ont en moyenne 210 contacts. Ils donnent accès des informations personnelles comme leur vrai nom (90%), une ou plusieurs photos d'eux (88%), le nom de leur établissement scolaire (67%) voire leur adresse postale (27%).

Parmi ces jeunes utilisateurs, 45% déclarent ne pas aborder le sujet avec leurs parents. Quant au contrôle de ces derniers, 55% estiment que leurs parents surveillent leur activité sur le réseau social ("un peu" pour 44% et "beaucoup" pour 11%, contre "pas du tout" pour 44%).

Près d'un tiers des enfants ont indiqué avoir "déjà été gêné ou choqué" sur Facebook par des propos, photos ou vidéos. Parmi ces choses choquantes, 19% ont évoqué "le sexe, la pornographie ou des personnes dénudées", 15% de la violence ou encore 13% des "propos racistes ou homophobes". 40% en ont parlé, mais seulement 11% avec leur parents.


L'enquête de TNS Sofres a été réalisée par téléphone du 10 au 17 juin 2011, selon la méthode des quotas, auprès d'un échantillon national représentatif de 1.200 enfants et adolescents âgés de 8 à 17 ans.


Lire aussi
>>