Linkedin la juge trop sexy pour être développeuse web

Le portrait de Florencia Antara, développeuse web, diffusé par son entreprise Toptal.
Le portrait de Florencia Antara, développeuse web, diffusé par son entreprise Toptal. (DR - TOPTAL)

Le réseau social professionnel a retiré de son site les publicités d'une entreprise qui avait choisi l'une de ses employés pour les illustrer.

Trop sexy pour être développeuse web ? C’est visiblement l’avis du réseau social professionnel Linkedin, qui a censuré sur son site une photo publicitaire, selon une information du Daily Dot datée du dimanche 4 août et relayée par le Huffington Post. Pourtant, la jeune femme qui figure sur le cliché travaille réellement en tant que développeuse web pour l’entreprise américaine Toptal, comme le prouve son CV impressionnant (lien en anglais).

Une attitude jugée sexiste

Il y a plusieurs semaines, Toptal lance une campagne de publicité sur le réseau Linkedin pour attirer de jeunes talents du web. Elle est composée d’une série de photos. Certaines proviennent d’une banque d’images et d’autres sont celles d'employés de l’entreprise. Parmi eux, Florencia Antara.

Fin juillet, le président de Toptal dénonce sur le site (en anglais) de l'entreprise la suppression par Linkedin de toutes les publicités achetées par l’entreprise et évoque une attitude sexiste de la part du réseau social : "Aujourd'hui a été une journée décevante pour Toptal. Nous avons constaté un sexisme extrême au sein de la communauté high-tech, de la part d'un leader de cette industrie et d'un partenaire publicitaire avec lequel nous travaillons beaucoup : Linkedin".

Toptal explique que les photos ont été choisies dans l'objectif de montrer des employés bien dans leur peau. La société ajoute, à propos de Linkedin : "En fait, ils croient dur comme fer que les femmes dans nos publicités offensent leurs utilisateurs et leur portent préjudice. Je ne peux pas y croire."

La défense de Linkedin

Le réseau social qui met en contact les professionnels a commencé par expliquer que le retrait des publicités était consécutif aux plaintes des utilisateurs du réseau social. "Des membres de Linkedin se sont plaints des images de femmes que vous utilisiez", aurait indiqué une responsable de la publicité sur Linkedin. Apparemment, les utilisateurs du site auraient estimé impossible qu’une si jolie femme soit ingénieure.

Le président de Toptal, qui a jugé cette réponse ridicule et insultante, a continué de réclamer des explications, surtout quand il s’est aperçu que Linkedin avait même supprimé le compte de son entreprise.

Il a obtenu satisfaction. Linkedin a réactivé le compte puis accepté de réintégrer les publicités mises en cause sur le réseau. Interrogé par The Daily Dot, le réseau plaide désormais la simple erreur.

Vous êtes à nouveau en ligne