La Fédération française des télécoms et les opérateurs réfléchissent à limiter les offres d'accès à l'internet fixe

(France 2)

C'est ce qu'affirme le site d'information Owni, qui s'est procuré une copie d'un document de travail qui suggère des discussions sur l'instauration de nouveaux forfaits pour l'internet dans les foyers français prévoyant "débit IP maximum" et autre "plafond de consommation".

C'est ce qu'affirme le site d'information Owni, qui s'est procuré une copie d'un document de travail qui suggère des discussions sur l'instauration de nouveaux forfaits pour l'internet dans les foyers français prévoyant "débit IP maximum" et autre "plafond de consommation".

Les internautes français, majoritaiement connectés au haut débit (64 % des Français) sur des "boxes", seraient alors contraints de surveiller constamment leur consommation, comme sur les smartphones. Nombre de forfaits dits "internet illimité" sur les téléphones portables sont en effet... limités, puisque ralentis ou tout simplement bloqués au-delà d'un certain seuil (500 Mo ou 2 Go). "Le tout, souligne OWNI, sans que les utilisateurs ne s"en détournent, ni que les gouvernants, nationaux ou européens, ne s"en émeuvent." Pourquoi alors s"arrêter en si bon chemin ?

Pour toute justification d'une limitation de l'internet fixe, les opérateurs avancent le même argument que pour le mobile: la saturation des réseaux, qui nécessite, selon eux, une “gestion de trafic”.

Mesure "inacceptable" pour UFC-Que Choisir
Si les opérateurs assurent que ces réflexions sont "le fruit d'une concertation" avec les associations de consommateurs, UFC-Que Choisir en conteste le bien-fondé.

Pour Edouard Barreiro, en charge des questions numériques au sein d'UFC, “limiter Internet sur le fixe n"a aucune justification économique. Les coûts fixes ne varient pas selon la consommation des utilisateurs, ou très peu. (...). Les opérateurs se croient tout puissants”.

De son côté, l'Arcep, le régulateur des télécoms, botte en touche et qualifie de "bizarre" l'éventualité d'une création de forfaits internet fixes limités.

Mais chez Orange, tout en reconnaissant qu'il s'agit d'une mesure "délicate" qui risque de déplaire aux consommateurs, on concède que "oui, il y a certains forfaits sur lesquels on risque de mettre des seuils."

Toutefois, la Fédération française des télécoms (FTT *) a assuré samedi à l'AFP qu''"il n'est pas question de la fin de l'internet illimité sur (les lignes) fixes" tandis que France Telecom a indiqué qu'"il n'y a pas de notion de bridage dans la réflexion en cours".

(*) La Fédération française des télécoms regroupe les opérateurs Orange, SFR, Bouygues ainsi que d'autres comme Colt, Prosodie et les opérateurs virtuels (MNVO). Free et Numéricable n'en sont pas adhérentes.
L'article "La fin de l'internet illimité" sur le site OWNI

Vous êtes à nouveau en ligne