IBM a annoncé jeudi la mise au point d'une puce révolutionnaire imitant le fonctionnement du cerveau humain

Détail d\'une puce IBM imitant le fonctionnement  du cerveau humain, présentée le 18 août 2011
Détail d'une puce IBM imitant le fonctionnement du cerveau humain, présentée le 18 août 2011 (AFP/IBM)

Ce mimétisme permet aux ordinateurs d'apprendre de leurs expériences, d'élaborer des hypothèses, et de tirer des conclusions de résultats."C'est une nouvelle frontière. Personne d'autre ne fait" de telles recherches, a commenté auprès de l'AFP Roger Kay, de Endpoint Technologies Associates.

Ce mimétisme permet aux ordinateurs d'apprendre de leurs expériences, d'élaborer des hypothèses, et de tirer des conclusions de résultats.

"C'est une nouvelle frontière. Personne d'autre ne fait" de telles recherches, a commenté auprès de l'AFP Roger Kay, de Endpoint Technologies Associates.

"Les ordinateurs +cognitifs+ construits avec ces puces ne seront pas programmés de la même manière que les ordinateurs traditionnels aujourd'hui. Ces ordinateurs devraient plutôt apprendre de leurs expériences, trouver des corrélations, élaborer des hypothèses et se rappeler - et tirer des leçons de résultats -, imitant ainsi la plasticité du cerveau humain", indique IBM.

Ce que les ingénieurs d'IBM essaient de faire est d'incorporer dans la puce "le même genre de plasticité dont fait preuve le cerveau pour s'adapter", a déclaré à l'AFP Anthony Movshon, professeur de neurosciences à l'Université de New York.

Deux puces prototypes ont déjà été fabriquées et sont en cours de test, précise le groupe américain. Toutes deux ont été gravées avec une finesse de trait de 45 nanomètres, sur du silicium sur isolant (SOI), et contiennent l'équivalent de 256 "neurones" (cellules nerveuses).

L'objectif à long terme d'IBM est de construire un complexe de composants contenant 10 milliards de "neurones", soit encore très loin du cerveau humain qui en compte 100 milliards. Le but est d'arriver à créer 100.000 milliards de synapses dans un espace inférieur à 2 litres, tout en consommant un kilowatt d'électricité, précise le groupe américain.

Les ordinateurs utilisant ces puces consommeront considérablement moins d'énergie et seront beaucoup plus compact que les appareils actuels, assure "Big Blue".

Les travaux d'IBM "ouvrent un chemin vers une recherche très intéressante", a souligné Roger Kay. "Ils ne sont pas arrivés au point où cela fait des choses pratiques mais ils ont prouvé le concept."

Selon IBM, un ordinateur "cognitif" serait par exemple capable de déclencher une alerte au tsunami en analysant les données fournies par différents types de capteurs marins, en compilant les données sur la température, la pression et la hauteur des vagues, explique IBM. Il pourrait aussi aider les distributeurs à gérer leurs stocks de produits frais grâce à son sens de l'"odorat".

Vous êtes à nouveau en ligne