Un nouveau site nucléaire français survolé par un drone

Le site nucléaire de Marcoule (Gard) a été survolée dans la nuit du 6 au 7 novembre 2014 par un drone.
Le site nucléaire de Marcoule (Gard) a été survolée dans la nuit du 6 au 7 novembre 2014 par un drone. (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Le site de Marcoule, dans le Gard, a été survolé en pleine nuit. Depuis début octobre, une quinzaine de vols similaires ont été signalés, sans que les responsables et leurs motivations aient été clairement identifiés.

Le mystère persiste. Une plainte a été déposée, après qu'une nouvelle installation nucléaire, le site de Marcoule (Gard), a été survolée par un drone dans la nuit du jeudi 6 au vendredi 7 novembre.

> Faut-il avoir peur des drones qui planent au-dessus des centrales nucléaires ?

Les responsables du site ont été entendus mais les enquêteurs n'ont trouvé aucune trace de l'engin qui a survolé le site vers 2h40 ni de la ou les personnes qui ont télécommandé cet objet volant équipé d'un projecteur de lumière, selon des sources proches du dossier.

Une quinzaine de survols depuis début octobre

Le site de Marcoule comporte un établissement de recherches du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) sur le combustible, des chantiers de démantèlement du CEA ainsi que le site Melox d'Areva, une usine de fabrication de combustible. Quelque 5 000 personnes y travaillent quotidiennement.

Depuis début octobre, une quinzaine de vols de drones ont été signalés au-dessus ou aux abords d'installations nucléaires françaises sans que les responsables et leurs motivations aient été clairement identifiés. Deux personnes ont bien été mises en examen après avoir été interpellées avec un drone à proximité d'une centrale dans le Cher, mais il ne s'agit que d'inoffensifs "passionnés de modélisme", selon le procureur de Bourges.