Deux hommes mis en examen pour avoir fait voler un drone près d'une centrale nucléaire dans le Cher

La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher), en septembre 2014.
La centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire (Cher), en septembre 2014. (MAXPPP)

Ces amateurs de modélisme sont mis en examen pour "survol volontaire d'une zone interdite par un aéronef".

Deux des trois personnes arrêtées après avoir fait voler des drones près de la centrale de Belleville-sur-Loire (Cher) ont été mis en examen puis remis en liberté, vendredi 7 novembre, annonce le parquet de Bourges. Ces amateurs de modélisme, inconnus de la justice et jugés inoffensifs, risquent tout de même une sanction pour "survol volontaire d'une zone interdite par un aéronef".

Ils avaient été arrêtés mercredi, accompagnés d'une femme, dans une zone interdite, en pleine polémique après plusieurs survols de centrales nucléaires par des drones ces derniers jours. La jeune femme a été relâchée dans la journée de jeudi.

Ils avaient expliqué aux gendarmes avoir eu "l'intention de filmer leur bateau télécommandé". "Le bateau existait bien. Et effectivement, il se trouvait sur le lac à côté de la centrale", avait ensuite expliqué le procureur de Bourges, lors d'une brève conférence de presse. "Ces vols n'ont pas de lien avec les autres sites nucléaires survolés depuis début octobre en France", avait conclu le magistrat.