Redevance télé : Axelle Lemaire ne veut pas taxer les box internet

La secrétaire d\'Etat au Numérique, Axelle Lemaire, assiste à l\'université d\'été du Medef, à Jouy-en-Josas (Yvelines), le 27 août 2015.
La secrétaire d'Etat au Numérique, Axelle Lemaire, assiste à l'université d'été du Medef, à Jouy-en-Josas (Yvelines), le 27 août 2015. (CITIZENSIDE/PAUL-MARIE GUYON / CITIZENSIDE.COM)

Ce projet est pourtant prôné par la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, avec qui la secrétaire d'Etat au Numérique affiche publiquement son désaccord. 

Le gouvernement se déchire sur la question du financement de l'audiovisuel public. La secrétaire d'Etat au Numérique, Axelle Lemaire, s'est déclarée opposée à une extension de la redevance télé aux abonnements à internet, jeudi 3 septembre, estimant qu' une telle taxe ne concernerait qu'un public limité. Ce projet est prôné par la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, avec qui elle affiche publiquement son désaccord. 

"La question d'une redevance sur les box internet se pose, elle n'a pas été arbitrée encore" mais "je n'y suis pas tellement favorable (...) même si, pour autant, il faut se poser la question du financement de l'audiovisuel public", a-t-elle déclaré dans une interview mise en ligne par le journal L'Opinion.

"C'est une option sur la table", pour Fleur Pellerin

"Il faut savoir que ça concerne moins de 2% des foyers en France, parce qu'en réalité, 98% des foyers ont une télévision. Donc, déjà, c'est assez mineur comme public touché, a estimé Axelle Lemaire. On toucherait certainement les jeunes qui n'ont pas ou ont fait le choix de ne pas avoir la télévision." En outre, "on peut tout à fait acheter une box et ne pas utiliser la télévision, donc comment vérifier ?" souligne la secrétaire d'Etat.

Mercredi, la ministre de la Culture, Fleur Pellerin, avait indiqué qu'une extension de la redevance de l'audiovisuel aux box était une des pistes de réforme de cette taxe étudiée par le gouvernement. "C'est une option sur la table, le Premier ministre et le président de la République prendront leur décision dans les prochains jours", avait expliqué la ministre, interrogée sur France Info. Elle a, à cette occasion, écarté à nouveau toute taxation des smartphones et des tablettes.

Vous êtes à nouveau en ligne