Samsung et Apple visés par une enquête pour "obsolescence programmée" en Italie

Une cliente teste un iPhone dans Apple Store de Kiev, en Ukraine, le 12 décembre 2017.
Une cliente teste un iPhone dans Apple Store de Kiev, en Ukraine, le 12 décembre 2017. (SERGII KHARCHENKO / NURPHOTO / AFP)

L'autorité garante de la concurrence dans le pays a précisé avoir déjà mené, avec l'appui de la police financière, des inspections aux sièges nationaux des deux groupes.

L'autorité garante de la concurrence en Italie a annoncé, jeudi 17 janvier, avoir ouvert une enquête contre Samsung et Apple pour obsolescence programmée. Les deux groupes sont soupçonnés d'avoir mis en place "une politique commerciale générale visant à exploiter les carences de certains composants pour réduire dans le temps les prestations de leurs produits afin d'inciter les consommateurs à acheter de nouvelles versions", a-t-elle expliqué dans un communiqué.

Les deux enquêtes distinctes font suite à des plaintes de consommateurs et visent aussi les mises à jour proposées aux clients "sans signaler les conséquences possibles de ces mises à jour ni fournir suffisamment d'informations sur la manière de maintenir un niveau adéquat de prestation des dispositifs", en violation de plusieurs articles du Code du commerce. L'autorité garante de la concurrence italienne a précisé avoir déjà mené, avec l'appui de la police financière, des inspections aux sièges des deux groupes en Italie.

En France, le parquet de Paris a ouvert le 5 janvier une enquête préliminaire pour "obsolescence programmée" et "tromperie" contre Apple. La firme américaine avait reconnu le 21 décembre qu'elle bridait volontairement les performances de ses iPhones après un certain temps, dans le but annoncé de prolonger leur durée de vie.

Vous êtes à nouveau en ligne