Inondations dans les Pyrénées : l'état de catastrophe naturelle déclaré

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Voilà pour le sommaire. Bienvenue à tous. Un pont qui s'écroule, des routes qui s'effondrent. On attendait la décrue, mais c'est encore une fois la furie des flots qui a marque ces dernières 24H dans l'ouest des Pyrenees. Deux personnes, un homme et une femme, ont perdu la vie à deux endroits différents. Ce soir, Manuel Valls, en visite sur place, évoque l'état de catastrophe naturelle. Une rivière furieuse gonflée par l'eau venue des cimes. La nature que rien n'arrête. C'est démoralisant. Je n'ai jamais vu ça. Le Gave creuse son lit dans le béton. Dans cette rue, une femme de 70 ans est morte noyée, la nuit dernière. La digue a pète et la vague l'a. Emportée par le courant alors qu'elle tentait de s'extraire de sa voiture. La crue charrie des tonens de détritus qu'il faut dégager vite. Notamment à l'abord des ponts, qui peuvent s'effondrer. D'un côté, le Gave en furie, entre Pau et Lourdes. De l'autre, la Garonne qui a atteint plus de 4 mètres, autour de Saint-Béat. Les gens sont dans le besoin. Si ça repart , vous m'appelez. Malgré la décrue annoncée, des quartiers restent inhabitables. Les habitants sont évacués à dos d'homme. A Lourdes, l'eau se retire plus vite. On découvre les dégâts. Les habitants sont choqués. L'eau était devant la porte. Le sanctuaitre est vide de ses pèlerins. On pense aux malades qui resteront dans leur chambre.

Voilà pour le sommaire. Bienvenue à tous. Un pont qui s'écroule, des routes qui s'effondrent. On attendait la décrue, mais c'est encore une fois la furie des flots qui a marque ces dernières 24H dans l'ouest des Pyrenees. Deux personnes, un homme et une femme, ont perdu la vie à deux endroits différents. Ce soir, Manuel Valls, en visite sur place, évoque l'état de catastrophe naturelle.

Une rivière furieuse gonflée par l'eau venue des cimes. La nature que rien n'arrête.

C'est démoralisant.

Je n'ai jamais vu ça.

Le Gave creuse son lit dans le béton. Dans cette rue, une femme de 70 ans est morte noyée, la nuit dernière.

La digue a pète et la vague l'a.

Emportée par le courant alors qu'elle tentait de s'extraire de sa voiture. La crue charrie des tonens de détritus qu'il faut dégager vite. Notamment à l'abord des ponts, qui peuvent s'effondrer. D'un côté, le Gave en furie, entre Pau et Lourdes. De l'autre, la Garonne qui a atteint plus de 4 mètres, autour de Saint-Béat.

Les gens sont dans le besoin.

Si ça repart , vous m'appelez.

Malgré la décrue annoncée, des quartiers restent inhabitables. Les habitants sont évacués à dos d'homme. A Lourdes, l'eau se retire plus vite. On découvre les dégâts. Les habitants sont choqués.

L'eau était devant la porte.

Le sanctuaitre est vide de ses pèlerins.

On pense aux malades qui resteront dans leur chambre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne