Impôts : la retenue à la source, envisageable ?

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La Fédération française d'équitation resté droité dans ses bottes. Elle rejete cette solution. Grogne sur l'écotaxe, l'équitaxe, La question fiscale alimente les frondes, des "pigeons" aux "bonnets rouges". Le Premier ministre propose une remise à plat de notre système. Il entamera demain des discussions avec les partenaires sociaux. Parmi les idées avancées, un serpent de mer, la retenue à la source. Il y a ceux qui déclarent leurs revenus et payent leurs impôts en ligne. Il y a les adeptes de la bonne vieille lettre au percepteur. Avec la retenue à la source, il y aurait du changement. Le contribuable est perdu. Le prélèvement à la source serait plus juste. Pour moi, c'est ce qu'on a comme revenu. Quand vous enlevez sur le bulletin de salaire ce que doit prendre l'impôt, vous savez ce qui vous reste. A la source j'ai pas l'impression qu'on voit la somme exacte de ce que l'on nous prélève. On se ferait encore plus avoir. Transformer les millions de déclarations traitées par Bercy. A la place les entreprises retrancheraient chaque mois le montant de l'impôt sur le bulletin de paie. Avantage : moins de paperasse, une simplification. Un ajustement immédiat de l'impôt. On ne paie plus en fonction des gains de l'année précédente. Un impact aussitôt ressenti de la politique fiscale, La France est le seul pays européen à ne pas pratiquer ce système. C'est le quotient familial et les niches fiscales qui rendent très compliquée une retenue à la source. Lorsque vous avez un enfant, un mariage, une séparation, tout changement de situation qui impacte le quotient familial, a un impact sur le calcul de l'impôt. aurait à connaître les autres revenus de son salarié. Problème de confidentialité. Qui paiera quoi dans un couple avec une déclaration commune ? Le problème numéro 1, c'est la mise en oeuvre de la première année. Si elle était appliquée en 2014, soit les salariés paieraient deux fois à la source sur leurs revenus, et pour l'année précédente.

La Fédération française d'équitation resté droité dans ses bottes. Elle rejete cette solution.

Grogne sur l'écotaxe, l'équitaxe, La question fiscale alimente les frondes, des "pigeons" aux "bonnets rouges". Le Premier ministre propose une remise à plat de notre système. Il entamera demain des discussions avec les partenaires sociaux. Parmi les idées avancées, un serpent de mer, la retenue à la source.

Il y a ceux qui déclarent leurs revenus et payent leurs impôts en ligne. Il y a les adeptes de la bonne vieille lettre au percepteur. Avec la retenue à la source, il y aurait du changement.

Le contribuable est perdu. Le prélèvement à la source serait plus juste.

Pour moi, c'est ce qu'on a comme revenu. Quand vous enlevez sur le bulletin de salaire ce que doit prendre l'impôt, vous savez ce qui vous reste.

A la source j'ai pas l'impression qu'on voit la somme exacte de ce que l'on nous prélève. On se ferait encore plus avoir.

Transformer les millions de déclarations traitées par Bercy. A la place les entreprises retrancheraient chaque mois le montant de l'impôt sur le bulletin de paie. Avantage : moins de paperasse, une simplification. Un ajustement immédiat de l'impôt. On ne paie plus en fonction des gains de l'année précédente. Un impact aussitôt ressenti de la politique fiscale, La France est le seul pays européen à ne pas pratiquer ce système.

C'est le quotient familial et les niches fiscales qui rendent très compliquée une retenue à la source. Lorsque vous avez un enfant, un mariage, une séparation, tout changement de situation qui impacte le quotient familial, a un impact sur le calcul de l'impôt. aurait à connaître les autres revenus de son salarié. Problème de confidentialité. Qui paiera quoi dans un couple avec une déclaration commune ? Le problème numéro 1, c'est la mise en oeuvre de la première année. Si elle était appliquée en 2014, soit les salariés paieraient deux fois à la source sur leurs revenus, et pour l'année précédente.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne