Idées sorties : Festival, "La Folle histoire des arts de la rue"

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Retrouvez-le sur francetvinfo.fr et les réseaux sociaux. Comme chaque vendredi, voici la rubrique "Si on sortait" avec Youssef Bouchikhi. Bonjour Youssef. Les spectacles envahissent les rues et il y a un très beau festival. Youssef Bouchikhi : L'avantage avec les arts de la rue, c'est que l'espace scénique est illimité. Le festival "La Folle histoire des arts de la rue" se déroule à Marseille et dans toute sa région. 200 artistes français et étrangers sont programmés, une cinquantaine de spectacles. Pour l'ouverture, la compagnie Carabosse va illuminer le Vieux-Port. 3000 pots de terre seront enflammés, et transformés en lustres ou en boules de feu. C'est gratuit, ça commence ce soir et dure jusqu'au 20 mai. Elise Lucet: On continue avec des percussionnistes d'Afrique centrale. Youssef Bouchikhi: A l'origine de ce groupe un homme, Emile Biayenda. Enfant, il rêvait d'avoir un tambour. Il a commence par taper sur des casseroles ou des couvercles, qui le faisaient tant rêver. Il a mélange les sons ancestraux des tribus avec des sons plus modernes, guitares électriques, basse, cuivres et même du piano et de la danse.

Retrouvez-le sur francetvinfo.fr et les réseaux sociaux. Comme chaque vendredi, voici la rubrique "Si on sortait" avec Youssef Bouchikhi. Bonjour Youssef. Les spectacles envahissent les rues et il y a un très beau festival.

Youssef Bouchikhi : L'avantage avec les arts de la rue, c'est que l'espace scénique est illimité. Le festival "La Folle histoire des arts de la rue" se déroule à Marseille et dans toute sa région. 200 artistes français et étrangers sont programmés, une cinquantaine de spectacles. Pour l'ouverture, la compagnie Carabosse va illuminer le Vieux-Port. 3000 pots de terre seront enflammés, et transformés en lustres ou en boules de feu. C'est gratuit, ça commence ce soir et dure jusqu'au 20 mai.

Elise Lucet: On continue avec des percussionnistes d'Afrique centrale.

Youssef Bouchikhi: A l'origine de ce groupe un homme, Emile Biayenda. Enfant, il rêvait d'avoir un tambour. Il a commence par taper sur des casseroles ou des couvercles, qui le faisaient tant rêver. Il a mélange les sons ancestraux des tribus avec des sons plus modernes, guitares électriques, basse, cuivres et même du piano et de la danse.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne