Histoire : la division Das Reich à Oradour-sur-Glane

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Ce 10 juin 1944 au soir de ce village d'Oradour-sur-Loire il ne reste rien que des ruines. Les hommes, on les a emmenés dans les granges et abattus. Puis on a mis le feu à leurs cadavres. Les femmes et les enfants ont été rassemblés dans l'église. Ils y ont été mitraillés et brûlés vifs. 642 villageois ont été exterminés en moins d'une demie-journée. Le massacre est signé par la 2e division blindée SS Das Reich. La Das Reich, celle qui a combattu en Pologne et en Tchécoslovaquie et sur le front de l'Est, 18.000 hommes, une unité délite soudée par la violence et la brutalité. Voilà comment elle s'illustre. Sur son passage des villages brûlent, des civis sont assassines. Au début de l'année 44, la Das Reich arrive dans le sud-ouest de la France pour renouveler le matériel et les soldats et puis il y a le débarquement allies qi s'installe à Montauban. Il forme de nouvelles recrues. Celui qui est valeureux est celui qui est capable de commettre le pire. 8.000 hommes prennent la route vers la Normandie. Mission principale : réduire les résistants. Une colonne longue comme un serpent et laisse une trainee de sang. Village après village, elle tue, elle pille. Tout individu suspect sera exécuté. Le but de cette violence set de discriminer la résistance. Quand la Das Reich arrive dans le Limousin, le débarquement a eu lieu. 99 hommes sont pendus aux balcons de la ville. La brutalité n'est pas un dérapage, elle est conforme aux ordres donnés par l'état major dans ce télégramme du 8juin 1944. Une frappe immédiate et brutale. Autrement dit, une action de repression violente dont on n'exclue pas les civils. Il faut aller plus loin encore. tetaniser d'horreur la résistance en exterminant un village. ce sera Oradour-sur-Glane choisi pour une raison simple. Pour massacrer une population dans un laps de temps déterminé il ne faut pas qu'il y ait de la résistance. La ville est à l'écart des zones de resistance. Ce 10 juoin 1944, il fait beau. On n'a jalmais vu d'allemands on n seméfie pas. A 14H, Das REich encercle le village, regroupe la population et la massacre. A 17 H Oradour n'est que cendres et supplice Ces hommes ont-ils dérapé ? Est-ce une oprétion qui a mal topurné ? Non, disent les historiens. Il sagit d'une violence methodiquement appliquée.

Ce 10 juin 1944 au soir de ce village d'Oradour-sur-Loire il ne reste rien que des ruines.

Les hommes, on les a emmenés dans les granges et abattus. Puis on a mis le feu à leurs cadavres. Les femmes et les enfants ont été rassemblés dans l'église. Ils y ont été mitraillés et brûlés vifs.

642 villageois ont été exterminés en moins d'une demie-journée. Le massacre est signé par la 2e division blindée SS Das Reich. La Das Reich, celle qui a combattu en Pologne et en Tchécoslovaquie et sur le front de l'Est, 18.000 hommes, une unité délite soudée par la violence et la brutalité. Voilà comment elle s'illustre. Sur son passage des villages brûlent, des civis sont assassines. Au début de l'année 44, la Das Reich arrive dans le sud-ouest de la France pour renouveler le matériel et les soldats et puis il y a le débarquement allies qi s'installe à Montauban. Il forme de nouvelles recrues.

Celui qui est valeureux est celui qui est capable de commettre le pire.

8.000 hommes prennent la route vers la Normandie. Mission principale : réduire les résistants. Une colonne longue comme un serpent et laisse une trainee de sang. Village après village, elle tue, elle pille.

Tout individu suspect sera exécuté. Le but de cette violence set de discriminer la résistance.

Quand la Das Reich arrive dans le Limousin, le débarquement a eu lieu.

99 hommes sont pendus aux balcons de la ville. La brutalité n'est pas un dérapage, elle est conforme aux ordres donnés par l'état major dans ce télégramme du 8juin 1944.

Une frappe immédiate et brutale. Autrement dit, une action de repression violente dont on n'exclue pas les civils.

Il faut aller plus loin encore. tetaniser d'horreur la résistance en exterminant un village. ce sera Oradour-sur-Glane choisi pour une raison simple.

Pour massacrer une population dans un laps de temps déterminé il ne faut pas qu'il y ait de la résistance. La ville est à l'écart des zones de resistance.

Ce 10 juoin 1944, il fait beau. On n'a jalmais vu d'allemands on n seméfie pas. A 14H, Das REich encercle le village, regroupe la population et la massacre. A 17 H Oradour n'est que cendres et supplice Ces hommes ont-ils dérapé ? Est-ce une oprétion qui a mal topurné ? Non, disent les historiens. Il sagit d'une violence methodiquement appliquée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne