Histoire : 6 juin 1944, un documentaire inédit

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Une page d'histoire qui a changé le visage de l'Europe. Le débarquement en Normandie comme vous ne l'avez jamais vu. Cette année, on commémore les 70 ans de l'événement. A cette occasion, un film inédit arrive sur les écrans, un film en 3D qui nous fait revivre la bataille de l'intérieur comme si nous y étions. Le 6 juin 1944, en 3D et sur 180 degrés. Par la mer et par les airs, ils étaient 2 millions à venir libérer la France ce jour-là. Une histoire humaine et militaire apprise a l'école, romancée au cinéma, et pourtant encore mal connue. Ils s'appellent John, Winston, Edward., ils viennent des quatre coins du monde. Ce D-Day-là, ils se retrouvent tous pour libérer l'Europe. Le cinéma américain s'est souvent arrêté aux plages. Il était important de se rappeler que la bataille de Normandie, commencée sur les plages, avait duré 100 jours. Il a fallu trois ans pour réaliser ce documentaire. Images de synthèse, photos d'archives colorisées, cartes animées, prises de vue en Normandie. Un documentaire qui apprend sur la stratégie militaire américaine. A part les bombardiers lourds très reconnaissables, tous les avions alliers portent des bandes blanches et noires. visibles de loin et ainsi reconnus des troupes au sol, ils risquent moins les tirs venant de leur propre camp. Pascal Vuong a travaillé avec le colonel Peter Herrly, qui lui a permis d'approfondir certains détails. Omaha Beach, tout le monde a dit que c'était sanglant. Pourquoi l'aviation a-t-elle raté sa cible. Elle était stupide ? Non, l'armée lui a demandé de faire quelque chose qu'elle n'aurait pas dû faire. Des scènes de combats, que Pascal Vuong a choisi de traiter par le dessin animé, sans avoir recours à des images choquantes. L'ascension, puis les combats en haut de la falaise, sont meurtriers. Vingt minutes après le début de l'assaut, les casemates sont prises. C'est un sujet difficile, c'est la guerre, il y a du sang. Comme le film s'adresse à un public jeune et familial, je devais trouver des moyens de raconter cette histoire sans trop l'édulcorer. Le réalisateur a également eu recours à des reconstitutions, avec des comédiens pour incarner les combattants. Au total, cette bataille a fait 200.000 morts, côté Alliés. Parmi eux, 20.000 civils normands.

Une page d'histoire qui a changé le visage de l'Europe. Le débarquement en Normandie comme vous ne l'avez jamais vu. Cette année, on commémore les 70 ans de l'événement. A cette occasion, un film inédit arrive sur les écrans, un film en 3D qui nous fait revivre la bataille de l'intérieur comme si nous y étions.

Le 6 juin 1944, en 3D et sur 180 degrés. Par la mer et par les airs, ils étaient 2 millions à venir libérer la France ce jour-là. Une histoire humaine et militaire apprise a l'école, romancée au cinéma, et pourtant encore mal connue.

Ils s'appellent John, Winston, Edward., ils viennent des quatre coins du monde. Ce D-Day-là, ils se retrouvent tous pour libérer l'Europe.

Le cinéma américain s'est souvent arrêté aux plages. Il était important de se rappeler que la bataille de Normandie, commencée sur les plages, avait duré 100 jours.

Il a fallu trois ans pour réaliser ce documentaire. Images de synthèse, photos d'archives colorisées, cartes animées, prises de vue en Normandie. Un documentaire qui apprend sur la stratégie militaire américaine. A part les bombardiers lourds très reconnaissables, tous les avions alliers portent des bandes blanches et noires. visibles de loin et ainsi reconnus des troupes au sol, ils risquent moins les tirs venant de leur propre camp. Pascal Vuong a travaillé avec le colonel Peter Herrly, qui lui a permis d'approfondir certains détails.

Omaha Beach, tout le monde a dit que c'était sanglant. Pourquoi l'aviation a-t-elle raté sa cible. Elle était stupide ? Non, l'armée lui a demandé de faire quelque chose qu'elle n'aurait pas dû faire.

Des scènes de combats, que Pascal Vuong a choisi de traiter par le dessin animé, sans avoir recours à des images choquantes.

L'ascension, puis les combats en haut de la falaise, sont meurtriers. Vingt minutes après le début de l'assaut, les casemates sont prises.

C'est un sujet difficile, c'est la guerre, il y a du sang. Comme le film s'adresse à un public jeune et familial, je devais trouver des moyens de raconter cette histoire sans trop l'édulcorer.

Le réalisateur a également eu recours à des reconstitutions, avec des comédiens pour incarner les combattants. Au total, cette bataille a fait 200.000 morts, côté Alliés. Parmi eux, 20.000 civils normands.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne