Grande-Bretagne : un pistolet ADN ?

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

"L'Inoxydable" s'est éteint à l'âge de 94 ans. Il était aussi un homme controversé pour ses liens supposés avec la Mafia. La nouvelle arme de la police britannique fait polémique. Un pistolet qui tire des balles contenant un code ADN unique, pour "taguer" les délinquants ou les criminels présumés. Ces traces pourraient ensuite être utilisées comme preuve. Voici la nouvelle arme de la police britannique, en pistolet et en fusil. On pourrait les confondre avec des jouets, mais ces armes à air comprimé ont un intérêt nouveau pour les officiers. Elles ne blessent pas, mais marquent un individu. On peut mettre jusqu'à 7 billes dans ce chargeur. Elles contiennent des capsules avec chacune un ADN artificiel unique, et il y a aussi un colorant différent pour chaque utilisation. L‘officier peut atteindre sa cible à 40 mètres. visuellement, c'est un laser, mais en fait, il projette un liquide contenant un ADN artificiel unique, marquant les vêtements et la peau. Une fois que je suis touche, ça reste, même après plusieurs lavages, et pendant 3 ou 4 semaines sur ma peau. Une fois dans la pénombre et avec une lumière adaptée, les traces du liquide ADN apparaissent. Elles pourraient constituer a l'avenir une preuve suffisante. On peut voir l'impact et comment les résidus du liquide se sont éparpillés sur le corps. Beaucoup de gens sont impliqués et ne sont jamais retrouvés. S'ils sont tagues, ils pourront être formellement reconnus, et ne pourront échapper à la justice. Certaines unités policières veulent utiliser ce procède lors de manifestations massives ou d'émeutes, notamment contre des personnes qui agissent le visage cache. une personne marquée par le liquide ADN pourra difficilement contester sa présence sur les lieux. Une perspective qui ne plaît pas à tout le monde. Certaines associations anglaises de défense des libertés individuelles jugent que des innocents, par exemple des témoins d'une scène, pourraient se faire taguer. Ce nouvel outil permet à la police d'enregistrer et de traquer des gens sans avoir commis de crime. Jusque-là, la technique d'un ADN artificiel était utilisée sur des objets afin de lutter contre des cambriolages.

"L'Inoxydable" s'est éteint à l'âge de 94 ans. Il était aussi un homme controversé pour ses liens supposés avec la Mafia.

La nouvelle arme de la police britannique fait polémique. Un pistolet qui tire des balles contenant un code ADN unique, pour "taguer" les délinquants ou les criminels présumés. Ces traces pourraient ensuite être utilisées comme preuve.

Voici la nouvelle arme de la police britannique, en pistolet et en fusil. On pourrait les confondre avec des jouets, mais ces armes à air comprimé ont un intérêt nouveau pour les officiers. Elles ne blessent pas, mais marquent un individu.

On peut mettre jusqu'à 7 billes dans ce chargeur. Elles contiennent des capsules avec chacune un ADN artificiel unique, et il y a aussi un colorant différent pour chaque utilisation.

L‘officier peut atteindre sa cible à 40 mètres. visuellement, c'est un laser, mais en fait, il projette un liquide contenant un ADN artificiel unique, marquant les vêtements et la peau.

Une fois que je suis touche, ça reste, même après plusieurs lavages, et pendant 3 ou 4 semaines sur ma peau.

Une fois dans la pénombre et avec une lumière adaptée, les traces du liquide ADN apparaissent. Elles pourraient constituer a l'avenir une preuve suffisante.

On peut voir l'impact et comment les résidus du liquide se sont éparpillés sur le corps. Beaucoup de gens sont impliqués et ne sont jamais retrouvés. S'ils sont tagues, ils pourront être formellement reconnus, et ne pourront échapper à la justice.

Certaines unités policières veulent utiliser ce procède lors de manifestations massives ou d'émeutes, notamment contre des personnes qui agissent le visage cache. une personne marquée par le liquide ADN pourra difficilement contester sa présence sur les lieux. Une perspective qui ne plaît pas à tout le monde. Certaines associations anglaises de défense des libertés individuelles jugent que des innocents, par exemple des témoins d'une scène, pourraient se faire taguer.

Ce nouvel outil permet à la police d'enregistrer et de traquer des gens sans avoir commis de crime.

Jusque-là, la technique d'un ADN artificiel était utilisée sur des objets afin de lutter contre des cambriolages.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne