Fresnes : travaux interminables pour les 74 habitants d'un immeuble

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La colère gronde dans un immeuble HLM de Fresnes (Val-de-Marne). 74 locataires viennent d'assigner leur bailleur devant la justice. Ils dénoncent notamment les nombreux travaux lancés par le propriétaire qui donnent à leur résidence "un air de chantier permanent". Des locataires otages, épuisés et excédés. Depuis 18 mois, la réhabilitation de leur immeuble est un cauchemar. Ici les peintures toutes neuves des plafonds et des murs tombent en miettes. Des fils électriques pendent sans gaine. Les trous entre les appartements sont masqués par du scotch. Ils n'ont pas vérifié l'isolation. Donc il y a des infiltrations au 7e étage qui quasiment sinistré. Cette famille a été contrainte d'installer son lit dans le salon, à cause du froid dans les chambres. Il y a le courant d'air, d'habitude il y a un chauffage qu'ils ont coupé C'est avec un morceau de tissu que j'ai rebouché le trou pour essayer de dormir. La réhabilitation était pourtant ambitieuse. Cet immeuble de 251logements construit en 1962 était abîmé. Mais depuis un an, avec les travaux, de graves malfaçons sont apparues. En cause, deux entreprises que nous n'avons pu joindre. Le bailleur social qui les a mandatées se dit lui aussi victime. Je subis, mes locataires subisssent des malfaçons. Nous leur proposons deux types de relogement. Soit temporaires, parce qu'ils sont attachés à leur immeuble. Ou bien des relogements définitifs. Ceux qui resteront souffriront pendant encore 18 mois, le temps qu'une nouvelle entreprise soit désignée. Les travaux, qui coûtaient au départ 15 millions d'euros, devraient revenir beaucoup plus cher.

La colère gronde dans un immeuble HLM de Fresnes (Val-de-Marne). 74 locataires viennent d'assigner leur bailleur devant la justice. Ils dénoncent notamment les nombreux travaux lancés par le propriétaire qui donnent à leur résidence "un air de chantier permanent".

Des locataires otages, épuisés et excédés. Depuis 18 mois, la réhabilitation de leur immeuble est un cauchemar. Ici les peintures toutes neuves des plafonds et des murs tombent en miettes. Des fils électriques pendent sans gaine. Les trous entre les appartements sont masqués par du scotch.

Ils n'ont pas vérifié l'isolation. Donc il y a des infiltrations au 7e étage qui quasiment sinistré.

Cette famille a été contrainte d'installer son lit dans le salon, à cause du froid dans les chambres.

Il y a le courant d'air, d'habitude il y a un chauffage qu'ils ont coupé C'est avec un morceau de tissu que j'ai rebouché le trou pour essayer de dormir.

La réhabilitation était pourtant ambitieuse. Cet immeuble de 251logements construit en 1962 était abîmé. Mais depuis un an, avec les travaux, de graves malfaçons sont apparues. En cause, deux entreprises que nous n'avons pu joindre. Le bailleur social qui les a mandatées se dit lui aussi victime.

Je subis, mes locataires subisssent des malfaçons. Nous leur proposons deux types de relogement. Soit temporaires, parce qu'ils sont attachés à leur immeuble. Ou bien des relogements définitifs.

Ceux qui resteront souffriront pendant encore 18 mois, le temps qu'une nouvelle entreprise soit désignée. Les travaux, qui coûtaient au départ 15 millions d'euros, devraient revenir beaucoup plus cher.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne