Vœux 2013 : à chaque personnalité politique sa méthode

Capture d\'écran de la vidéo des vœux 2013 d\'Hervé Morin.
Capture d'écran de la vidéo des vœux 2013 d'Hervé Morin. (FRANCETV INFO)

Du plus conventionnel au plus dramatique, francetv info revient sur les messages des personnalités politiques.

L'exercice est de saison. Les responsables politiques prononcent leurs vœux pour la nouvelle année. Chacun sa méthode, sa mise en scène, son expression marquante. Francetv info revient sur les messages de quelques personnalités.

Façon "L'amour est dans le pré"

Après sa cuisine en 2010, Hervé Morin, le président du Nouveau Centre, a choisi de présenter ses vœux en plein air, au cœur du bocage normand. Il en profite pour tenter de deviner ce que vont dire les autres responsables politiques : "Hollande va vous expliquer que 2013 sera certes difficile, mais que grâce à sa politique, il va effacer les années noires du sarkozysme", ironise-t-il. "Vous aurez François Bayrou, avec le regard noir, devant sa bibliothèque, expliquant qu'il faut un cap à la politique menée par la France", ajoute-t-il.

Façon "militant combatif"

Jean-François Copé se veut positif. Pour l'UMP, l'année 2012, marquée par les défaites électorales et la crise qui a failli faire exploser le parti, a été cauchemardesque. "Que de temps perdu, que de querelles stériles, que de blessures inutiles", regrette le patron de l'UMP. Mais la crise interne du parti "appartient au passé" et "avec Luc Chatel, Michèle Tabarot, Laurent Wauquiez, Valérie Pécresse et tous ceux qui rejoindront dans les prochains jours notre équipe, ensemble, comme nous en sommes convenus avec François Fillon, nous allons faire de grandes et belles choses", assure le président du parti dans une vidéo de plus de huit minutes publiée sur voeux.u-m-p.org.



Façon zapping

Entraînés par une petite musique, entourés des couleurs de l'UDI (le mauve et le bleu), les vœux de Jean-Louis Borloo sont une succession de vidéos de ses discours à l'Assemblée nationale ou lors de meetings du parti. Les séquences s'enchaînent de manière un peu brouillonne pour finir sur une image de lui dans son bureau, où il conclue sur son slogan : "En 2013, résistez !"



Façon liste personnalisée

On connaissait la liste au père Noël, Jean-Pierre Raffarin a inventé la liste de vœux. L'ancien Premier ministre a publié sur son blog, dimanche, des vœux différents pour "chacun des acteurs de la vie publique". Parmi les "raffarinades", il souhaite à Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande, "sa juste place" et à Ségolène Royal "juste une place"

 

Façon "je vous avais prévenus"

"Comme je le disais, il n'y avait rien à espérer de ce nouveau gouvernement", plaide Marine Le Pen sur fond de drapeaux tricolores. "Mais 2012 n'est pas une année noire", affirme la présidente du Front national. Selon elle c'est même "l'année des premières grandes victoires" avec des bons scores aux élections présidentielle et législatives. Rien de bien original pour un parti nationaliste, Marine Le Pen souhaite faire de 2013 "l'année du retour de la France."

Façon "l'heure est grave"

L'air grave, le ton résolu, c'est depuis le local d'un Pôle emploi, devant un tableau d'affichage en liège, que le leader de Debout la République, Nicolas Dupont-Aignan, a décidé d'adresser ses vœux. Il ouvre la vidéo sur une prédiction funeste : la France va "vivre en 2013 la pire crise économique et sociale de son histoire récente". Le député de l'Essonne décroche tout de même un sourire à la fin de son message, pour souhaiter à ses compatriotes de "l'espérance" et de "l'engagement" pour l'année 2013.

Façon conventionnelle

Bibliothèque en toile de fond, image un peu terne. Harlem Désir, qui a succédé en octobre à Martine Aubry au poste de premier secrétaire du PS, a présenté des vœux plutôt sobres et classiques dans une vidéo mise en ligne sur le site du parti de la rue de Solférino. Il assure que la France "parviendra à sortir de la crise". Le PS "sera une force de soutien et de proposition, tiendra de grandes conventions, des forums, des ateliers du changement qui seront partout en France des moments de débat avec les associations, les intellectuels, les syndicats et avec tous les citoyens qui le souhaitent", promet-il.

Vous êtes à nouveau en ligne