VIDEO. La gauche, la droite, les experts… ce qu'ils pensent de la présidence Hollande

François Hollande, à Vientiane, au Laos, le 5 novembre 2012.
François Hollande, à Vientiane, au Laos, le 5 novembre 2012. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

Six mois après son élection, le président de la République tient aujourd'hui sa première conférence de presse. 

POLITIQUE - Il se plie à une tradition républicaine. François Hollande tient, mardi 13 novembre, sa première conférence de presse à l'Elysée. Elle marque les six mois de sa présidence. Francetv info profite de l'événement pour faire le tour de ce que pensent les politiques de tout bord, ainsi que les experts, de l'action du président.

L'UMP dénonce de l'"amateurisme"

Pour Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, le président et son équipe manquent de professionnalisme. Pour Brice Hortefeux, ancien ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy, François Hollande et son gouvernement font preuve d'"amateurisme". Valérie Pécresse, ancienne ministre du Budget, estime que le locataire de l'Elysée est "le maillon faible".

Le Front national critique un "sarkozysme de gauche"

Marine Le Pen, fidèle à son discours contre l'"UMPS", a estimé lundi 12 novembre sur Canal+ que François Hollande faisait du "sarkozysme de gauche". Jugeant les décisions présentées par le gouvernement après la remise du rapport Gallois, elle considère qu'il n'y a aucune différence entre la politique économique du président et celle de son prédécesseur.

Canal+

La gauche de la gauche ne fait pas de cadeaux

Après avoir fustigé les 100 premiers jours du président, Jean-Luc Mélenchon, leader du Front de gauche, ne manque pas une occasion de critiquer le président. Il a estimé, le 10 septembre sur Europe 1, que la politique du gouvernement allait provoquer "l'enlisement" du pays.

Les Français n'ont pas confiance

Après une baisse dans les sondages forte et rapide depuis le début de son mandat, François Hollande est passé, le 25 octobre, pour la première fois, sous la barre des 40% d'opinions favorables. Mais la dégringolade semble prendre fin. Après avoir perdu plus de 15 points en moins de six mois, sa cote de popularité repart légèrement à la hausse en novembre (41%), selon un sondage publié le 12 novembre.

Les experts soulignent un manque de clarté

Trois mois après l'arrivée de François Hollande à l'Elysée, Yves Thréard, éditorialiste au Figaro, critiquait les nombreuses commissions lancées par le président. Selon lui, cela pouvait révéler un manque de courage, une impossibilité à trancher. Brice Teinturier, directeur délégué de l'institut Ipsos, va dans le même sens. Il affirme que François Hollande avait, bien avant de remporter la présidentielle, l'image d'un homme politique incapable de prendre des décisions difficiles. Pour le politologue Roland Cayrol, le président "a besoin de préciser l'image d'un Hollande nouveau, ayant fait sa révolution, devenu le leader de la gauche moderne, efficace et raisonnable"

France Télévisions

Vous êtes à nouveau en ligne