VIDEO. L'abandon de l'écotaxe a déjà coûté 1,2 milliard d'euros à la France

Pour l'ancien ministre des Transports Frédéric Cuvillier, l'abandon de la taxe poids lourds, ou écotaxe, est un "gâchis". Il représente un manque à gagner pour l'Etat de 10 milliards d'euros… Extrait de "L'Angle éco".

C'est Frédéric Cuvillier, ministre délégué aux Transports (2012-2014), qui a mis en place le dispositif de portiques sur certains tronçons du réseau routier national. Il avait notamment été contesté par le mouvement des "bonnets rouges" en Bretagne. L'abandon de l'écotaxe, ou taxe poids lourds (TPL), a déjà coûté 1,2 milliard d'euros à la France.

L'homme politique n'arrive toujours pas à digérer cette addition : "Il y avait un contrat. Et un contrat, ça se respecte, même lorsque l'on est l'Etat. Et enfin, ce n'est pas mineur, il y a le manque à gagner. C'est un coût énorme, un gâchis. Ceux qui, en responsabilité, ont pris cette décision, savaient que cela avait un coût très élevé", affirme-t-il aujourd'hui au magazine "L’Angle éco" (Facebook, Twitter, #Langleco).

200 personnes licenciées

Le manque à gagner dont parle Frédéric Cuvillier, c'est tout ce que les finances publiques du pays n'ont jamais encaissé. Avec l'écotaxe, l'Etat aurait dû empocher 10 milliards d'euros pendant la durée du contrat signé avec la société Ecomouv', selon la Cour des comptes. Alors, pourquoi avoir abandonné ce projet ?

Jean-Louis Borloo, Nathalie Kosciusko-Morizet, François Hollande ou Ségolène Royal, les politiques qui ont porté l'écotaxe avant de la sacrifier n'ont pas souhaité s'exprimer. Laurence Wagner aurait bien aimé les entendre. Cette ancienne téléconseillère de niveau 2 chez Ecomouv' avait enfin signé un CDI en 2011, après des années de précarité. Elle a été licenciée deux ans plus tard, comme ses 200 collègues.

Vous êtes à nouveau en ligne