VIDEO. Hollande, un an au pouvoir, un an à se faire chahuter

France 2 / France 3

Durant sa première année à la tête du pays, le président a été interpellé à plusieurs reprises lors de déplacements. Pas toujours très courtoisement.

Un an de présidence avec, au gré des déplacements et des visites, des contacts avec les Français. Depuis le 6 mai 2012, François Hollande a rencontré des électeurs qui lui ont glissé des mots pas toujours très agréables. Pour sa première année à la tête du pays, francetv info revient sur les principales prises à partie dont le chef de l'Etat a été l'objet.

"On veut du changement", scande un comité d'accueil lors de son déplacement à Châlons-en-Champagne (Marne), le 31 août 2012, lui rappelant son slogan de campagne : "Le changement, c'est maintenant".

"C'est devenu le Texas ici. On est où là, monsieur le président ?", lui lance une femme lors de son passage à Echirolles (Isère), où il rend visite, le 1er octobre 2012, aux familles de deux victimes d'une rixe mortelle.

"Faudrait pas oublier d'être de gauche !"

"Monsieur Hollande, elles sont où, les promesses ?" La question est posée au président lors de sa première visite de deux jours d'affilée, à Dijon (Côte-d'Or), le 11 mars 2013. Le chef de l'Etat est également pris à partie par une femme, qui refuse une photo avec lui. Une deuxième lui rappelle qu'il y a "beaucoup de monde en France" contre le mariage pour tous, et une dernière lui demande de ne pas se marier avec Valérie Trierweiler, parce qu'"on ne l'aime pas".

La dernière charge du genre date du 6 avril. François Hollande se trouve à Tulle, son fief de Corrèze. "Faudrait pas oublier d'être de gauche", l'exhorte un homme, qui explique ensuite à France 3 Limousin avoir dit ce qu'il avait "sur le cœur".

Vous êtes à nouveau en ligne