VIDEO. Luz : "On avait enfin trouvé cette putain de une..."

Par chance, Luz n'a pas été tué comme ses confrères Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski au cours de l'attentat du 7 janvier contre "Charlie Hebdo". Le dessinateur raconte comment lui est venue l'idée de la une du premier numéro après l'attaque. Extrait de "13h15 le samedi" du 17 janvier 2015. 

Les survivants de Charlie Hebdo se sont installés sous protection policière dans les locaux du quotidien Libération, après l'attentat qui a coûté la vie à 12 personnes le mercredi 7 janvier 2015.

Devant une foule de journalistes, le dessinateur Luz, qui a échappé aux balles des assassins, prend la parole pour expliquer la démarche créative qui l'a conduit à l'illustration de une du premier numéro post-attentat.

"Et c'était la une..."

"J'avais une idée dans la tête, mais ce n'était pas suffisant pour faire une 'une'. Et puis, il n'y a plus eu que cette idée de dessiner Mahomet avec 'Je suis Charlie'. Je l'ai regardé et il était en train de pleurer", raconte le dessinateur rescapé du massacre.

Au-dessus, il a ensuite écrit "Tout est pardonné"  "avant de pleurer", confie Luz devant une assemblée muette. "Et c'était la une... On avait trouvé la une... On avait enfin trouvé cette putain de une...", conclut-il.

Vous êtes à nouveau en ligne