VIDEO. Cash investigation. Actes médicaux inutiles : le cri d'alarme d'une infirmière

SYLVAIN LOUVET / FRANCE 2

Dans cet extrait de "Cash investigation" diffusé lundi 14 septembre à 23 heures, une infirmière du service de réanimation d’un hôpital témoigne. Certains actes ne sont pas pratiqués pour le bien des patients, mais pour la bonne santé économique des établissements.

Pour des raisons financières, des hôpitaux pratiquent parfois des actes inutiles d'un point de vue médical. Ainsi, chaque jour, un patient en réanimation "rapporte" 800 euros à l’hôpital. C’est le principe de la tarification à l’activité adoptée dans le cadre du Plan hôpital 2007.

"Le patient est oublié"

La situation devient vraiment problématique lorsque les médecins décident de maintenir des patients en réanimation quelques jours de plus, par exemple en leur injectant de l’adrénaline. Un seul objectif : ajouter quelques centaines d’euros dans la colonne "recettes".

C’est ce que nous révèle, sous couvert d’anonymat, une infirmière du service réanimation d’un établissement hospitalier : "Le patient est oublié, c'est quand même lui qui est au cœur du système. C'est pour lui que je travaille, pas pour les financiers ou pour la direction."

Vous êtes à nouveau en ligne