VIDEO. Alain Claeys : "Il ne fallait pas attendre de Jérôme Cahuzac qu'il nous explique le montage financier"

Le député socialiste Alain Claeys, rapporteur de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac, estime que deux éléments restent à éclaircir après l'audition de Jérôme Cahuzac. Il était l'invité du débat du Grand Soir 3 présenté par Louis Laforge et Patricia Loison. 

Alain Claeys, député PS de la Vienne, était l'invité du débat du Grand Soir 3 sur l'audition de Jérôme Cahuzac par la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire qui a conduit l'ancien ministre à la démission. Pour le rapporteur de cette commission, de nombreux points restent à éclaircir, en particulier deux, après l'audition du mercredi 26 juin. "Pourquoi les personnes qui avaient cet enregistrement n'ont jamais saisi la justice depuis dix ans (...) et on ne sait pas qui, au bout du compte, a donné la cassette ou l'enregistrement à Mediapart", s'interroge dans un premier temps Alain Claeys. C'est le site d'information qui révèlera l'affaire Cahuzac.

Autre zone d'ombre : la demande des renseignements à la Suisse. "Nous savions qu'il était informé par ses conseils de ces démarches par les autorités suisses, et aujourd'hui, nous avons appris qu'il était informé du résultat", souligne néanmoins l'élu socialiste. "Il ne fallait pas attendre aujourd'hui de Jérôme Cahuzac qu'il nous explique  le montant des sommes qu'il a placées à l'étranger et le montage financier, car toute affirmation aujourd'hui pouvait lui  être opposable dans une procédure judiciaire", souligne Alain Claeys. Pour lui, l'utilité de la commission d'enquête parlementaire ne fait cependant aucun doute. 

 

Vous êtes à nouveau en ligne