Pourquoi les tarifs de l'électricité pourraient bondir de 30 % d'ici à 2016

Les tarifs EDF pourraient bondir de 30 % en quatre ans, a annoncé le président de la Commission de régulation de l\'énergie, le 18 janvier 2012. 
Les tarifs EDF pourraient bondir de 30 % en quatre ans, a annoncé le président de la Commission de régulation de l'énergie, le 18 janvier 2012.  (STÉPHANE OUZOUNOFF / PHOTONONSTOP / AFP)

C'est ce que prévoit le président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Il justifie notamment cette augmentation par les investissements prévus dans le futur.

Vous étiez habitués à une hausse du prix de l'électricité de 1 à 3 % par an ? Préparez-vous à un bond annuel de 6 %. Les tarifs EDF pourraient grimper de 30 % d'ici à 2016, a déclaré mercredi 18 janvier le président de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), Philippe de Ladoucette. Il a justifié cette prévision en insistant sur les investissements prévus ces prochaines années. FTVi revient sur les raisons de cette hausse encore potentielle.

• Un doublement de la contribution au service public de l'électricité

Philippe de Ladoucette évoque une multiplication par deux de la contribution au service public de l'électricité (CSPE) d'ici à 2016. Acquittée par l'ensemble des consommateurs, cette contribution créée en 2000 permet de financer les surcoûts liés au développement des énergies renouvelables, la production d'électricité en Corse et en outre-mer, le tarif social dit de "première nécessité" et le budget du médiateur national de l'énergie.

Le montant de la CSPE s'élevait à 1,9 milliard d'euros en 2009. Dans son rapport annuel de février 2011, la Cour des comptes considère toutefois que les "charges que la CSPE est censée compenser ont augmenté très rapidement et de façon largement incontrôlée depuis 2009, tandis que le taux de la contribution est, lui, resté inchangé depuis 2004".

De 9 euros le mégawattheure en 2012, elle devrait mécaniquement atteindre de 19 à 20 euros en 2016, selon le régulateur cité par Les Echos

• Une augmentation du tarif d'utilisation du réseau

Le président de la Commission de régulation de l'énergie table sur une hausse de 4 % par an du tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité. Cette augmentation inclut l'inflation et doit permettre de lourds investissements, notamment dans la basse tension.

Réglementé par les pouvoirs publics, ce tarif assure aujourd'hui 90 % des recettes d'Electricité réseau distribution France (ERDF), chargé de l'entretien et de la modernisation du réseau. Il a été réévalué en 2009 pour faire face, selon ERDF, au nouvel environnement concurrentiel et à la nécessité d’améliorer la qualité du réseau. Il est par ailleurs actualisé chaque année.

• Une hausse liée au nucléaire

Le prix du nucléaire historique d'EDF devrait suivre l'inflation, soit une hausse annuelle de 2 %, selon Philippe de Ladoucette. Il passerait ainsi de 42 euros le mégawattheure en 2012 à près de 46 euros en 2016. Une augmentation qui inclut les milliards d'euros de travaux exigés sur les centrales par l'Autorité de sûreté nucléaire, pour tenir compte de la catastrophe de Fukushima.

"Si la France fermait des centrales nucléaires pour les remplacer par de nouveaux moyens thermiques ou renouvelables, la hausse pourrait être encore plus forte", estiment Les Echos.

Dans tous les cas, le gouvernement pourrait intervenir pour limiter les fluctuations de prix.